Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Moyen-Orient

La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

© Capture d'écran FRANCE 24 | Un membre de l'EIIL s'adressant à la foule à Alep

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2014

L'État islamique en Irak et au Levant, soupçonné d'avoir enlevé les quatre journalistes français libérés samedi, aurait reçu une rançon pour mener son combat au nord de la Syrie, selon le spécialiste Fabrice Balanche, interrogé sur FRANCE 24.

Peu de détails ont filtré sur les conditions de la libération, samedi 19 avril, des quatre journalistes français détenus en Syrie depuis 10 mois. L'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), le plus radical des groupes djihadistes en Syrie, qui n’a pas revendiqué l’enlèvement, est pourtant soupçonné d’en être le responsable.

>> À lire sur FRANCE 24 : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

Ce groupe djihadiste est né en 2003, dans le but d’en finir avec les Américains venus combattre sur le sol irakien. "À la faveur de la crise syrienne, les rebelles de l’EIIL ont progressivement migré de leur base irakienne vers la Syrie", explique Fabrice Balanche, spécialiste de la question syrienne. "À cheval entre ces deux pays, les djihadistes ont établi leur fief dans la ville de Raqqa", située au Nord de la Syrie, précise-t-il.

Laurent Fabius : "L'État français ne paye pas de rançon"

Les Français ont représenté une monnaie d'échange

Bien que les autorités françaises aient maintes fois démenti le versement de toute rançon, préférant évoquer des "négociations" et des "discussions", de nombreux spécialistes s’autorisent à penser le contraire. "Les quatre journalistes français ont clairement représenté une monnaie d’échange, vis-à-vis du groupe rebelle", assure-t-il.

"Si la France n’a pas directement payé une rançon aux ravisseurs, on pense que le Qatar a joué un rôle décisif, comme il a sans doute réglé la rançon pour la libération des sœurs de Maaloula en Syrie, il y a deux mois", poursuit Fabrice Balanche.

>> À lire sur FRANCE 24 : De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

"Et comme les combattants de l’EIIL ont besoin d’argent pour mener leur combat contre les autres groupes rebelles au nord de la Syrie et que ce groupe est privé de financements internationaux, contrairement aux autres groupes rebelles, il se sert des otages pour poursuivre le combat."

Selon Fabrice Balanche, l'EIIL a également dû obtenir la libération de ses membres capturés par d'autres groupes rebelles comme le Front al-Nosra, en échange de la libération des quatre Français.

Première publication : 20/04/2014

  • SYRIE

    Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Syrie : les djihadistes de l’EIIL imposent des règles moyenâgeuses aux chrétiens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Al-Qaïda désavoue publiquement l'État islamique en Irak et au Levant

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)