Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • 2e Division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Afrique

Prise de Bentiu au Soudan du Sud : un massacre ethnique selon l’ONU

© AFP

Vidéo par Sarah SAKHO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2014

L'ONU a accusé, lundi, les troupes de l'ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, qui combattent depuis le 15 décembre l'armée gouvernementale, d'avoir massacré des centaines de civils à Bentiu. Riek Machar a nié ces faits.

C'est l'un des plus importants massacres de civils rapportés depuis le début des combats au Soudan du Sud. Selon l’ONU, les troupes de l'ancien vice-président Riek Machar ont massacré, sur des bases ethniques, des centaines de civils lorsqu'elles ont repris la localité septentrionale de Bentiu la semaine dernière.

Mi-avril, les forces pro-Machar ont tué plus de 200 personnes dans une mosquée à Bentiu, capitale de l'État pétrolifère d'Unité, et plusieurs autres dans une église, dans des bâtiments évacués de l'ONU et à l'hôpital, a assuré lundi 21 avril la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss).

Quand les troupes de Riek Machar "ont pris Bentiu [...] elles ont fouillé un certain nombre d'endroits où des centaines de civils sud-soudanais et étrangers avaient trouvé refuge et ont tué des centaines de ces civils après avoir établi leur appartenance ethnique ou leur nationalité", a précisé la Minuss dans un communiqué.

Les rebelles sud-soudanais menés par l'ancien vice-président Riek Machar ont nié, mardi 22 avril, être les auteurs du massacre de Bentiu, avant d'accuser l'armée gouvernementale et ses alliés, qu'ils combattent depuis mi-décembre au Soudan du Sud.

Des massacres à caractère ethnique

Les combats, qui ont déjà fait plusieurs milliers de morts depuis mi-décembre, s'accompagnent régulièrement de massacres à caractère ethnique. Car au conflit, né d'une lutte au sein du régime entre Salva Kiir et Riek Machar, se greffent de vieux antagonismes entre les ethnies Dinka et Nuer, dont sont respectivement issus les deux hommes.

Leur inimité plonge pour partie ses racines dans la guerre civile entre la rébellion sudiste, dont les deux hommes faisaient partie, et le pouvoir central de Khartoum (1983-2005), ayant débouché sur l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011.

L'International Crisis Group (ICG) a récemment fait état "de niveaux consternants de cruauté contre les civils". Plus d'un million de Sud-Soudanais terrifiés ont été chassées de chez eux depuis le début des combats, qui se poursuivent à travers le pays malgré un cessez-le-feu signé le 23 janvier à Addis Abeba, resté lettre morte.

"Visés et tués à l'hôpital"

"À l'hôpital de Bentiu, des hommes, femmes et enfants nuer ont été tués parce qu'ils se cachaient et refusaient de rejoindre d'autres Nuer célébrer l'entrée" des forces rebelles dans la localité, a expliqué la Minuss.

"Des individus d'autres communautés sud-soudanaises, ainsi que des Darfouris (habitants de la région du Darfour, dans l'ouest du Soudan) ont été spécifiquement visés et tués à l'hôpital". Le camp Machar accuse régulièrement des rebelles du Darfour - qui y combattent les troupes de Khartoum - de prêter main forte au hommes du président Kiir.

Les troupes antigouvernementales ont également demandé à des civils réfugiés dans l'église catholique et dans une enceinte abandonnée du Programme alimentaire mondial (PAM) de révéler leur origine ethnique ou leur nationalité et ont tué plusieurs d'entre eux, toujours selon l'ONU.

"Des appels à la haine" sur Radio Bentiu

La Minuss a, par ailleurs, dénoncé des appels à la haine diffusés sur Radio Bentiu par les nouveaux maîtres de la localité: "Certains chefs (de la rébellion) ont diffusé des messages appelant à l'unité et la fin du tribalisme, mais d'autres ont diffusé des appels à la haine", appelant notamment à chasser certaines communautés de Bentiu ou à violer leurs femmes.

Plus de 12 000 personnes sont actuellement réfugiées dans la base de l'ONU à Bentiu. La Minuss héberge environ 68 000 personnes sur ses huit bases à travers le pays. Et plus de 30 000 continuent de s'entasser dans des conditions catastrophiques sur les deux bases onusiennes de Juba, craignant d'être visées en raison de leur appartenance ethnique.

Le 18 avril, environ 350 jeunes hommes, armés et en civil, avaient attaqué l'enceinte de l'ONU à Bor, à 200 km au nord de Juba, où près de 5 000 civils, essentiellement nuer, ont trouvé refuge, tuant une cinquantaine d'entre eux.

Avec AFP

Première publication : 21/04/2014

  • SOUDAN DU SUD

    Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • EXCLUSIF

    Soudan du Sud : "Salva Kiir doit quitter le pouvoir", réaffirme le rebelle Riek Machar

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)