Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Grèce, la brute et le truand"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

Culture

Grande Guerre : Joe Sacco retrace l'enfer de la Somme en BD

© Futuropolis / Arte Éditions

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 30/12/2014

Le dessinateur américain Joe Sacco a réalisé une incroyable fresque sur la Grande Guerre. Cette œuvre nous plonge au cœur du premier jour de la bataille de la Somme, le 1er juillet 1916, durant laquelle 20 000 soldats britanniques sont morts.

En l’espace de vingt ans, Joe Sacco s’est imposé mondialement comme l’un des auteurs de bande-dessinée le plus reconnu de sa génération. Figure incontournable de la BD-reportage, il a marqué les esprits de nombreux lecteurs avec ses ouvrages consacrés notamment à la Palestine ou à la guerre de Bosnie. Pour son dernier projet, le journaliste-dessinateur américain s’est éloigné de l’actualité et des enquêtes sur le terrain. Avec "La Grande Guerre, le premier jour de la bataille de la Somme", Joe Sacco a décidé de remonter le temps. Dans une fresque composée de 24 pages, se déployant en accordéon sur plus de sept mètres sur 22 cm, il nous refait vivre heure par heure la terrible journée du 1er juillet 1916, la plus sanglante dans l’histoire de l’armée britannique.

"Je pense que ce qui m’a surtout frappé, c’est le taux très élevé de victimes. À peu près 20 000 tués, le premier jour et 40 000 blessés […]. C 'est un combat vraiment choquant spécialement en terme de pertes humaines et en si peu de temps. Dix mille soldats britanniques ont été tués au cours de la première heure", explique l’auteur dans une vidéo publiée par sa maison d’édition W.W. Norton. Né à Malte en 1960, Joe Sacco a grandi en Australie où la mémoire de la Première Guerre mondiale est encore très vive. Chaque année, le 25 avril lors de "l’Anzac Day", le pays commémore la bataille de Gallipoli.

Baigné toute son enfance dans l’histoire glorieuse des soldats de l’Empire, le dessinateur a toujours gardé dans son esprit un intérêt pour ce conflit. Il y a 15 ans, au cours d’une soirée avec ses colocataires, il avait déjà manifesté l’idée de travailler sur le sujet en dessinant un vaste panorama du front de l’Ouest. Devenu éditeur, l’un de ses amis lui a rappelé en 2011 son projet. "Après réflexion, je me suis dit : ’Pourquoi pas ?’. Après tout, la Première Guerre mondiale ternissait encore l’image que je me faisais de l’humanité et l’illustrer me donnerait probablement l’occasion de passer plusieurs mois à méditer sur son sens profond, si tant est qu’il existe", raconte Joe Sacco dans la préface de son nouveau livre.

© ©Futuropolis/Arte Éditions

"Chacun à son histoire"

Pour coller au plus près de la réalité de cette bataille, l’auteur s’est rendu au Imperial War museum de Londres où il a consulté des centaines d’archives photographiques. Dans sa fresque, pour laquelle il déclare s’être inspiré de la tapisserie de Bayeux représentant la conquête normande de l'Angleterre en 1066, il reproduit fidèlement les plus petits détails. De la figure du commandant britannique, le général, Douglas Haig, surnommé "le boucher de la Somme", à la préparation de l’artillerie, en passant par le regroupement dans les tranchées, jusqu’à l’assaut vers les lignes allemandes, le lecteur peut suivre avec précision le déroulement de la bataille : "Je voulais qu'on puisse regarder le monde d'en haut et qu'on puisse observer ce qu'il se passe sans qu'on nous dise comment le faire".

De cette masse d’individus se dirigeant vers un sanglant combat, Joe Sacco réussit à faire ressortir des histoires personnelles. Un soldat salue avec enthousiasme une caméra tout en défilant, un de ses camarades agonise un peu plus loin les tripes à l’air sur le champ d’honneur, tandis que quelques dizaines d’autres commencent à creuser des fosses communes sous la chaleur de l’été. "On doit vraiment penser à eux en tant qu’individu. Chaque soldat a une mère, une fiancée. J’ai voulu les personnaliser en les dessinant. On leur donne une vie en quelque sorte", souligne-t-il.

© ©Futuropolis/Arte Éditions

Dans ce fatras de la guerre, seul le dessin témoigne de l’horreur. Joe Sacco a choisi de ne pas s’encombrer de dialogues : "Je me suis contenté de montrer ce qu'il s’était passé ce jour-là – depuis la prière du général jusqu’aux tombes des soldats -, en espérant que, même un siècle plus tard, nous en gardions toujours le même goût amer". Un livret en français et en allemand, accompagnant la BD et rédigé par l’historien Adam Hochschild, permet en outre de mieux appréhender cette bataille tristement célèbre. De juillet à novembre 1916, elle fit environ 1,2 million de victimes (tués, blessés et disparus) toutes armées confondues.

© ©Futuropolis/Arte Éditions

- En français : "La Grande Guerre : Le premier jour de la bataille de la Somme", Joe Sacco, Futuropolis, Avril 2014

- En anglais : "The Great War : July 1, 1916: The First Day of the Battle of the Somme", Joe Sacco, W. W. Norton, Octobre 2013

- La fresque sera reprise en juillet et août sur 130 mètres le long du couloir du tapis roulant de la station de métro Montparnasse-Bienvenüe à Paris.

Première publication : 21/04/2014

  • CENTENAIRE

    Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Grande Guerre : "Cent ans après, elle fait encore des morts"

    En savoir plus

  • CENTENAIRE

    Grande Guerre : quand les Canadiens-Français refusaient de s'enrôler

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)