Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

Culture

"24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

© AFP | Ilan Halimi

Texte par Sarah LEDUC , Jon FROSCH

Dernière modification : 29/04/2014

L’histoire d’Ilan Halimi, torturé pendant trois semaines puis massacré par le "Gang des barbares" en janvier 2006, a été portée sur grand écran par Alexandre Arcady. Tiré du livre écrit par la mère de la victime, le film sort le 30 avril en France.

C’est l'un des crimes les plus retentissants de ces dernières années en France. Le corps agonisant d’Ilan Halimi a été retrouvé le long des rails du RER, près de la gare Sainte-Geneviève-des-Bois, en banlieue parisienne, en janvier 2006. Retenu et torturé pendant trois semaines dans une cité de Bagneux, le jeune homme de 23 ans, attiré dans un guet-apens par une fille, a été tué parce qu’il était juif. Ses ravisseurs, plus connus sous le nom de "Gang des barbares", avait réclamé une rançon exorbitante à ses parents. En vain. Ils ont fini par asperger le jeune homme d’acide avant de se débarrasser de lui. Ilan Halimi est mort dans l’ambulance qui le transportait à l’hôpital. 

Le film mémoriel d’Alexandre Arcady, "24 jours : la vérité sur l’affaire Ilan Halimi",  dont le titre fait référence aux 24 jours d’agonie de la victime, sort en salle en France le 30 avril. Tiré du livre écrit à quatre mains par la mère d’Ilan, Ruth Halimi, et l’auteur Emilie Frèche, le film se concentre sur l’angoisse d’une famille, harcelée de coups de téléphone des ravisseurs mais contrainte de garder le silence pour laisser travailler la police criminelle.
 
S’emparer d’un tel drame était une gageure. Scénariser l’horreur du réel, c’est prendre le risque de se voir accuser d’être au mieux didactique, au pire opportuniste. D’aucuns penseraient qu’un documentaire aurait été plus approprié. Et Arcady, dont la liste de films est aussi longue que dénigrée par la critique, n’était pas à l’abri de ces pièges. C’est par la simplicité et la vérité des faits qu’il les a contournés : "Il fallait retranscrire au cinéma cet événement, sans pathos, et dans dans l'extrême vérité en s’appuyant sur des documents, des déclarations, des rapports de police", explique le réalisateur dans le communiqué de presse.
 
Le mobile antisémite difficile à envisager
 
Le film insiste notamment sur les failles de l’investigation policière. Pourtant bien intentionnés, les officiers et inspecteurs de police n’arrivent pas à voir l’évidence : Ilan Halimi a été kidnappé et torturé parce qu’il est juif. Au Quai d’Orsay, personne n’arrive à prendre la mesure de l’antisémitisme des ravisseurs.
 
La police apprend pourtant assez rapidement que le Gang des Barbares -  qu’Arcady dépeint comme une bande de voyous entraînés par la folie de Youssouf Fofana (interprété par Tony Harrison) – avaient tenté de s’en prendre à d’autres juifs. Mais les enquêteurs restent accrochés à leurs convictions, persuadés que la religion n’a rien à voir dans l’enlèvement. Dans la scène la plus poignante du film, Ruth Halimi, la mère d’Ilan, écoute un employé de boutique de téléphonie mobile, voisine de celle où son fils travaillait, raconter à la police qu’il avait été approché de la même manière par une séduisante cliente. Mais ce dernier a refusé l’invitation pour célébrer shabbat en famille, un vendredi soir.
 
La peur "d’ajouter de l’huile sur le feu"
 
Si "24 jours" apporte finalement peu d’un point de vue cinématographique, son réalisateur semble vouloir y dépeindre une France hantée par les vieux démons de l'antisémitisme. La police n’arrive pas à envisager Ilan Halimi comme autre chose qu’une victime ordinaire, et certainement pas comme la victime d’un crime de haine.
 
Alexandre Arcady avance d’autres hypothèses pour expliquer cette incapacité des autorités françaises à admettre, sur le moment, la motivation antisémite du gang. Conjoncturelle d’abord : "l'affaire Ilan Halimi se déroule six mois après celle de la 'fille du RER'. Une jeune fille avait fait croire à une agression antisémite dans un train et toute la classe politique, le président de la République en tête, s’était indignée jusqu'au moment où la police avait découvert l’affabulation, d'où la crainte, pour elle, de tomber dans un même piège", explique le réalisateur. 
 
Une explication sociale ensuite : l’affaire Halimi s’est déroulée un an après les émeutes dans les banlieues françaises. "Cette mise ‘à feu et à sac’ des cités a été une épreuve terrible pour notre société et comme l'affaire du Gang des barbares pouvait être liée aux quartiers, on ne voulait pas risquer un faux-pas, il ne fallait surtout pas mettre ‘de l'huile sur le feu’ ", poursuit Arcady.
 
Un silence glaçant
 
Les barrières psychologiques, structurelles, sociales ou historiques qui peuvent expliquer l’aveuglement des autorités françaises, n’enlèvent rien à l’incompétence dont la police s’est montrée coupable, parfois, dans cette affaire. La caméra se pose notamment dans le cybercafé du 14e arrondissement parisien où les policiers ont laissé s’échapper Youssouf Fofana. Mais Alexandre Arcady se défend néanmoins d’avoir fait un film à charge : "Je pense que les policiers ont fait plus que le maximum. Ils étaient quatre cent fonctionnaires à déployer toute leur énergie, 24 heures sur 24. Malheureusement, ils ont fait des erreurs", précise-t-il.
 
Et elles n’excusent en rien l’omerta. Car le plus révoltant pour le réalisateur ne semble pas être les erreurs de la police mais le silence de ceux qui savaient. Du gardien de l’immeuble de Bagneux qui a autorisé les membres du Gang des Barbares à détenir Ilan dans un appartement, aux voisins qui avaient pourtant bien remarqué des activités suspectes.
 
Suite à la mort d’Ilan Halimi, des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté dans Paris contre le racisme et l’antisémitisme. Mais selon Zabou Breitman, qui interprète Ruth Halimi, ce n’était pas assez : "Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas eu plus d'émoi et de manifestations à l'époque. Il y en a eu, bien sûr, mais sans l'ampleur que cela aurait dû susciter", déclare-t-elle dans le dossier de presse, avant d'ajouter : "Mais la vraie question, c'est : aujourd'hui, combien de personnes y aurait-il dans la rue ?"

Première publication : 22/04/2014

  • CINÉMA

    "24 jours" : le film sur le calvaire d'Ilan Halimi est un devoir de mémoire, selon Arcady

    En savoir plus

  • FRANCE

    Youssouf Fofana, ex-chef du "Gang des barbares", condamné pour apologie du terrorisme

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sept accusés du "gang des barbares" voient leurs peines aggravées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)