Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Des armes chimiques de nouveau utilisées en Syrie

© AFP

Vidéo par Marie SCHUSTER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2014

Les États-Unis disposent d’indications qui prouveraient l’utilisation d’armes chimiques en Syrie, dans un village aux mains des rebelles.

Washington a déclaré, lundi 21 avril, avoir des "indications évoquant l'utilisation d'un produit chimique industriel toxique" en Syrie, dans un village dominé par les rebelles. La Maison Blanche a par ailleurs précisé que ses services travaillaient "avec leurs partenaires pour établir les faits sur le terrain".

"Nous avons des indications évoquant l'utilisation d'un produit chimique industriel toxique, probablement du chlore, en Syrie ce mois-ci dans le village de Kafarzita, dominé par l'opposition", a précisé le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

"Nous examinons les allégations selon lesquelles le gouvernement [syrien] est responsable" de ces attaques, a ajouté Carney. Et de préciser que Washington prenait "très au sérieux toutes les allégations évoquant l'utilisation de produits chimiques au combat".

Paris évoque aussi des "éléments"

Dimanche déjà, le président français François Hollande avait indiqué que Paris disposait de "quelques éléments" mais n’avait cependant pas apporté de preuves faisant état de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a par ailleurs précisé que les récentes attaques chimiques seraient "beaucoup moins importantes que celles de Damas il y a quelques mois, mais des attaques très mortelles, ponctuelles, au Nord-Ouest, pas loin du Liban".

Le 12 avril, des militants de la localité de Kafarzita et de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avaient déjà accusé le régime syrien d'une frappe aux barils d'explosifs ayant causé "suffocations et empoisonnements" chez des habitants.

Élection présidentielle fixée au 3 juin

Après la signature d'un accord russo-américain en septembre 2013, la Syrie, en proie à une guerre civile depuis trois ans, s'était engagée à détruire son arsenal d'armes chimiques d'ici au 30 juin. À ce stade, Damas a évacué de son territoire 65,1 % de son arsenal chimique, rapporte l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

L'élection présidentielle prévue le 3 juin en Syrie constituera une "parodie de démocratie", a par ailleurs jugé Jay Carney. Les "prétentions" du président syrien Bachar al-Assad à être élu de façon démocratique sont une "caricature", a raillé le porte-parole de la Maison Blanche.

"Un plébiscite présidentiel, puisque c'est de cela qu'il s'agirait, serait une parodie de démocratie et n'aurait aucune crédibilité ou légitimité à l'intérieur comme à l'extérieur de la Syrie", a-t-il martelé.

Avec AFP

 

Première publication : 22/04/2014

  • SYRIE

    Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : Assad estime que la guerre tourne en faveur du régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un cousin de Bachar al-Assad tué dans des combats près de Lattaquié

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)