Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

  • En direct : "Ayons le courage d'agir, de gouverner dans la durée", dit Valls

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

© AFP

Vidéo par Kristell BERNAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2014

Les factions palestiniennes du Fatah et du Hamas ont scellé, mercredi, leur réconciliation et décidé de former un gouvernement d'union nationale. Une décision qui a, sans surprise, provoqué l'ire d'Israël.

Les frères ennemis se réconcilient. Après une journée de discussions, les Palestiniens du Fatah et du Hamas ont convenu de former un gouvernement d'union dans les prochaines semaines, afin de mettre fin à leur division politique, selon un communiqué signé, mercredi 23 avril, à Gaza par le mouvement islamiste Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

"Un accord a été conclu sur la formation d'un gouvernement indépendant dirigé par le président Mahmoud Abbas d'ici cinq semaines", a indiqué le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, en présence d'une délégation de l'OLP. Ce nouveau cabinet, composé de technocrates, aura pour mission de "préparer des élections législatives et présidentielles".

Il devra ensuite prêter serment devant le président Abbas et obtenir la confiance du Conseil législatif palestinien (CLP), le Parlement palestinien constitué de députés de Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Washington a réagi en mettant en garde contre cet accord qui pourrait "compliquer" les efforts en cours pour relancer le processus de paix. Tout gouvernement palestinien doit s'engager "sans ambiguité" sur les principes de non-violence et de l'existence de l'État hébreu, a déclaré le porte-parole du département d'État, Jennifer Psaki.

"Au lieu d'aller vers la paix avec Israël, il préfère faire la paix avec le Hamas"

À l'annonce de l'accord, des scènes de liesse populaire ont éclaté dans toute la bande de Gaza. Des milliers de personnes sont spontanément descendues dans les rues de la ville, ainsi que dans les principales agglomérations et dans les camps de réfugiés de l'enclave palestinienne, en brandissant des drapeaux et scandant "Unité palestinienne !".

Israël reproche à Abbas d'avoir choisi "le Hamas et non la paix"

Le Fatah, membre de l'OLP, et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et la bande de Gaza, ont signé en 2011 au Caire un accord de réconciliation pour mettre fin à la division politique entre les deux territoires. Mais la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées. Les deux partis entretiennent des rapports tendus depuis la prise de contrôle en juin 2007 de Gaza par le Hamas, vainqueur en 2006 des élections législatives.

Sans surprise, cet accord a provoqué l’ire du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui a sitôt accusé le président palestinien de saborder le processus de paix. "Au lieu de choisir la paix avec Israël, Abou Mazen [le surnom de Mahmoud Abbas, NDLR] opte pour la paix avec le Hamas", a déploréle chef du gouvernement israélien. "Veut-il la paix avec le Hamas ou avec Israël ? On peut avoir l'une, mais pas l'autre […]", a-t-il prévenu.

Pour rappel, le Hamas ne reconnaît pas Israël et refuse de renoncer à la violence contre l'État hébreu.

Avec AFP

Première publication : 23/04/2014

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)