Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

FRANCE

Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

© AFP | Vincent et Bruno, premiers mariés gays de France, le 25 mai 2013

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2014

Un an après l'adoption du projet de loi, le mariage pour les personnes de même sexe s’est fait une place dans le paysage français. Les opposants, eux, tentent toujours de faire entendre leur voix.

Le 23 avril 2013, à l’issue d’un débat électrique et de manifestations monstres, l'Assemblée nationale disait "oui" au mariage pour tous. Promulguée le 18 mai, la loi défendue bec et ongles par la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a permis à 7 000 couples homosexuels de se marier en 2013, selon les derniers chiffres diffusés par l'Institut national de la statistique (Insee). Cela représente 3 % des 238 000 unions en France.

"La lutte contre l’homophobie n’est pas finie"

Si quelques maires ont traîné des pieds pour appliquer la loi, ces mariages ont eu lieu sans incident majeur. Le "changement de civilisation qui va bouleverser la famille", que déploraient les opposants au projet de loi, n’a pas eu lieu. "La civilisation n'a pas sombré et la France est juste un peu plus belle et généreuse. C'est tout", a écrit Bruno Julliard, premier adjoint à la mairie de Paris, sur son compte Twitter, mercredi 23 avril 2014.

Jean-Luc Romero, conseiller général d’Île-de-France s’est aussi fendu d’un tweet pour marquer l’anniversaire : "Il y a un an, j'assistais au vote du #mariagepourtous puis je demandais la main de mon @ChrisMichelFr ! Depuis, on est s'est mariés. Ça gêne qui ?"

Dans une tribune publiée sur le "Le Plus" du "Nouvel Observateur", l’élu explique tout de même que "la lutte n’est pas finie" contre l’homophobie. Selon lui, il faut "plus d’égalité et la PMA [procréation médicalement assistée] pour les lesbiennes".

La Manif pour tous ne lâche (toujours) rien

Les débats autour du "mariage gay" ont fait apparaître un nouvel acteur : la Manif pour tous. Le collectif, qui a su mobiliser des centaines de milliers de personnes avant le vote de la loi n’a pas dit son dernier mot. Chaque soir, une poignée de "veilleurs" du collectif se réunissent silencieusement, droits comme des i, devant le ministère de la Justice, place Vendôme à Paris.

En outre, la Manif pour tous a adressé aux candidats aux élections européennes du 25 mai prochain une charte de "principes européens" qui précise que le mariage est "un engagement" pris "entre un homme et une femme".

Le 2 février 2014, la Manif pour tous avait réussi à faire descendre dans les rues de Paris 80 000 personnes selon la police, 500 000 selon les organisateurs. Le lendemain, le gouvernement annonçait un "report" de la loi sur la famille. En fait, cette dernière pourrait très probablement être abandonnée, selon "Le Monde".

 

Première publication : 23/04/2014

  • FRANCE

    Le gouvernement renonce à présenter un projet de loi sur la famille en 2014

    En savoir plus

  • FRANCE

    La "théorie du genre" fait mouche à la Manif pour tous

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Manif pour tous met en garde le gouvernement contre la "familiphobie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)