Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

Economie

Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2014

Michel Sapin, le ministre des Finances, a présenté, mercredi, les prévisions françaises jusqu'en 2017, qui réaffirment l'objectif de ramener le déficit à 3 % du PIB d'ici 2015.

Objectif 2015 maintenu. Michel Sapin, le ministre des Finances, a confirmé, mercredi 23 avril, que la France tiendrait son engagement de réduire le déficit à 3 % de PIB l'an prochain. Une annonce faite lors de la très attendue présentation des prévisions économiques pour la France jusqu'en 2017 par le gouvernement. Pour Michel Sapin, revenir dans les clous de Bruxelles serait possible grâce aux 50 milliards d'euros d'économies prévus et aux prévisions de croissance optimistes.

Le ministre des Finances a, en effet, assuré que le PIB français allait croître de 1 % en 2014 et de 1,7 % en 2015. Ce scénario a été partiellement validé par la Haut conseil des finances publiques. L'institution, présidée par le socialiste Didier Migaud, a jugé la prévision pour 2014 "réaliste", tout en émettant, en revanche, des doutes sur celle pour l'année prochaine.

La réaffirmation de l'horizon 2015 pour ramener le déficit à 3 % intervient à un moment politiquement sensible. Au sein de la majorité, plusieurs députés et sénateurs ont contesté le plan d'économies détaillé, le 14 avril, par le Premier ministre Manuel Valls pour tenir l'objectif de réduction des déficits.

Des nouveaux emplois en perspective ?

Pour eux, les annonces de Michel Sapin sont donc un camouflet. Mais pour le ministre des Finances il n'y aurait pas le choix. Les "50 milliards d'économies [...], c'est ce qui nous permettra de poursuivre la réduction des déficits sans augmentation d'impôt", a-t-il indiqué.

Ces coupes budgétaires s'"articulent", assure le gouvernement, avec le pacte de responsabilité et de solidarité : un allègement de 30 milliards des cotisations patronales, auxquels s'ajoutent plus de 10 milliards de baisse de la fiscalité (d'ici 2017) sur les entreprises et 5 milliards de mesures sociales et fiscales pour les ménages.

Le gouvernement espère que cela générera 200 000 emplois supplémentaires et un demi-point de croissance. Il calcule par ailleurs "une légère hausse de l'emploi marchand en 2014 (+15 000 postes en moyenne annuelle, soit +0,1 %, NDLR) et une nette accélération en 2015 (+160 000 postes, soit +1 %, NDLR)".  

Sur cette question de l'emploi, le Haut conseil des finances publiques est resté prudent. Pour Didier Migaud : ""Il peut y avoir en 2015 une croissance pas aussi riche en emploi que ne le prévoit le gouvernement".

Avec AFP

Première publication : 23/04/2014

  • IMMOBILIER

    France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Valls, Premier ministre socialiste qui courtise "cœur battant" les entreprises

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)