Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • Angela Merkel est à Kiev, le convoi russe a quitté l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

Economie

Thomas Piketty, l'économiste français superstar outre-Atlantique

© AFP | Le livre "Le capital au XXIe siècle" de Thomas Piketty est sorti aux États-Unis six mois après la France

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/04/2014

L'ouvrage de l'économiste français Thomas Piketty "Le capital au XXIe siècle" est, actuellement, le livre le plus vendu aux États-Unis sur Amazon. Un engouement populaire pas si étonnant au pays du libéralisme triomphant.

Il occupe actuellement la première place des ventes sur la version américaine d'Amazon et il est français. Ce n’est ni Marc Levy, ni Guillaume Musso, ces auteurs de romans populaires habitués aux records de ventes de ce côté-ci de l’Atlantique. Il s’appelle Thomas Piketty, il est économiste et son nouveau livre “Le capital au XXIe siècle”, un pavé de 700 pages, est un succès indéniable depuis sa traduction en anglais en mars. C’est même pour sa maison d’édition, la Harvard University Press, le premier best-seller en 101 ans d’existence.

Pour une nation qui s’est battue pendant près de 50 ans contre l’Union soviétique, où “Le Capital” de Karl Marx était l’un des livres officiel de chevet, le titre du nouvel ouvrage du professeur de l’École d’économie de Paris et directeur d'études de l'EHESS aurait pu être perçu comme une provocation. Mais son propos, l’histoire des inégalités de richesses dans le monde, est d’une actualité brûlante au pays des salaires mirobolants des PDG et financiers de Wall Street. “Les inégalités ont beaucoup plus augmenté aux États-Unis qu'en Europe au cours des trente ou quarante dernières années. De ce point de vue, ce n'est pas étonnant que le problème soit très présent dans le débat américain. Le retour des inégalités inquiète ici”, souligne Thomas Piketty au quotidien “Le Monde”, qui s’étonnait que son livre semble recevoir un écho plus important aux États-Unis qu’en France.

Reçu à la Maison Blanche

Et l’accueil dans le monde anglo-saxon est plus que positif. Le prix Nobel d’économie 2008 et éditorialiste pour le “New York Times”, Paul Krugman, qualifie le “Capital au XXIe siècle” de “révolutionnaire”. “Piketty a transformé notre discours économique [avec ce livre, NDLR], et nous ne parlerons plus jamais d’inégalité des richesses de la même manière”, assure-t-il dans une longue critique dithyrambique de cette œuvre. Pour le journaliste économique américain Matthew Yglesias, c’est tout simplement “le livre économique le plus important de l’année”. Les éloges sont même venus du très influent “Financial Times”, le quotidien britannique censé refléter l’humeur de la City, le cœur financier de Londres.

Thomas Piketty a, également, été reçu à la Maison Blanche par les conseillers de Barack Obama. Un honneur que François Hollande ne lui a pas accordé à ce jour. Thomas Piketty est pourtant proche de la gauche, il avait d'ailleurs soutenu lors de la campagne présidentielle de 2007 Ségolène Royal, l'ex-campagne de l'actuel président.

C’est donc aux États-Unis que la thèse du frenchy remue le plus les méninges. Son livre retrace l’histoire des inégalités non pas entre les riches et les autres, mais entre les ultra-riches et le reste de la population. Il s’intéresse donc au fameux “1 %” brocardé par des mouvements protestataires comme “Occupy Wall Street”. Mais au lieu de simplement les dénoncer - “Je suis vacciné contre la rhétorique paresseuse de l’anticapitalisme”, écrit-il -, il apporte plus de 100 ans de données chiffrées sur l’accumulation des patrimoines.

Une aristocratie d'ultra-riches

Le constat est simple : à part pendant les "Trente glorieuses", le système économique des démocraties libérales a toujours eu tendance à creuser les inégalités aux profits des plus riches. La situation actuelle ressemble de plus en plus à la “Belle époque” des propriétaires fonciers en Europe : les inégalités de richesses atteignent les records du tournant du XIXe et XXe siècle. Surtout, les grandes fortunes actuelles ont de fortes similitudes avec celles de la fin du XIXe siècle. Ce sont des patrimoines constitués qui se transmettent de génération en génération. Seule différence : à la "Belle époque", le foncier était encore très important alors qu’aujourd’hui, ces richesses proviennent essentiellement de la rente du capital.

En clair, et c’est pour Paul Krugman la raison de son succès aux États-Unis, ce livre souligne que les inégalités ne sont pas dues à des fortunes constituées à la sueur du front de “self-made men”, mais à l’instauration d’une sorte d’aristocratie d’ultra-riches.

Reste à savoir si au delà de critiques élogieuses, de ventes confortables et de débats passionnés, les idées défendues par la “french superstar” auront un impact concret sur les politiques, que ce soit en France ou aux États-Unis. Thomas Piketty appelle dans son livre à repenser l’impôt progressif sur les revenus et à instaurer une taxation, si possible internationale, des patrimoines.

"Le capital au XXIe siècle" :
Éditions du Seuil, 976 pages, 09/2013

"Capital in the Twenty-First Century" :
Harvard University Press, 696 pages, 04/2014

Première publication : 23/04/2014

  • RELIGION

    Le pape François, un dangereux marxiste ?

    En savoir plus

  • COMMERCE

    "PowaTag" : l'appli qui rêve de faire de l'ombre à Amazon

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)