Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

SPORT

Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/04/2014

Le procès de Bernie Ecclestone, controversé patron de la Formule 1, s'est ouvert le jeudi en Allemagne. Le milliardaire est accusé d'avoir versé 44 millions de dollars de pots-de-vins à un banquier en vue de conclure la vente des droits de la F1.

Bernie Ecclectone est apparu décontracté, jeudi 24 avril, lors de son arrivée au tribunal de Munich où il est jugé à partir pour corruption. "J'ai confiance, le soleil brille', a-t-il déclaré aux journalistes avec un sourire.

Le patron de la Formule 1 risque pourtant jusqu'à 10 ans de prison s'il est reconnu coupable lors de ce procès. Le milliardaire, ancien pilote automobile, est accusé d'acoir versé 44 millions de dollars (31,8 millions d'euros) au banquier allemand Gerhard Gribkowsky en 2006 et 2007, qui travaillait pour la banque publique bavaroise Bayern LB, en vue de conclure la vente des droits de la F1 au fonds d'investissement CVC Capital Partners. Ce dernier avait racheté à l'époque pour 839 millions de dollars les droits de la F1 détenus jusque-là par Bayern LB.

Pots-de-vin ou chantage?

Dans cette affaire, Bernie Ecclestone, surnommé "Napoléon", a toujours clamé son innocence. Il affirme avoir été victime d'un chantage. En juin 2012, lors du procès de Gerhard Gribkowsky pour corruption et fraude fiscale pour n'avoir pas déclaré les millions versés, le patron de la F1, entendu comme témoin, avait certes reconnu cette somme. Mais il s'agissait, selon lui, du "prix du silence" à payer pour que M. Gribkowsky ne fasse pas de révélations au fisc britannique sur son patrimoine. La fortune personnelle personnelle de Bernie Ecclestone est en effet estimée autour de quatre milliards d'euros.

Ce procès, dont les audiences sont déjà programmées jusqu'à mi-septembre, pourrait avoir des répercussions sur le monde de la Formule 1. "S'il est démontré que M.Ecclestone a commis quelque chose de pénalement répréhensible, nous le limogerons", a ainsi prévenu en 2013 Donald Mackenzie, co-fondateur de CVC, devant la Haute Cour de juste britannique. M. Ecclestone est le directeur général de la société Formula One Group, détenue par le fonds CVC Capital Partners.

Ce n'est pas la première fois que Bernie Ecclestone se retrouve dans la tourmente. En 2005, il avait dû s'excuser après des remarques sexistes sur les femmes pilotes. Quatre ans plus tard, il avait aussi créé la polémique en qualifiant Adolf Hitler "d'efficace".

Avec dépêche AFP

Première publication : 24/04/2014

  • FORMULE 1

    Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • FORMULE 1

    Le "baron rouge" Michael Schumacher fait de "petits progrès"

    En savoir plus

  • CHAMPIONNAT DU MONDE

    Formule 1 : le Britannique Lewis Hamilton remporte le Grand Prix de Malaisie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)