Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Afrique

Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

© FRANCE 24 | Abdoulaye Wade, le 24 avril 2014 à Casablanca, au Maroc

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2014

En escale forcée au Maroc, l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade a accordé un entretien à France 24, jeudi 24 avril. Il dénonce un "problème politique" et pointe du doigt le président en exercice, Macky Sall qui selon lui s'oppose à son retour.

Après bientôt deux ans d’absence, le "vieux" – comme on le surnomme à Dakar – devait rentrer au pays, mercredi 23 avril. Abdoulaye Wade, 87 ans, président du Sénégal de 2000 à 2012, était attendu dans la capitale sénégalaise en milieu d’après-midi. Mais son avion privé n’est jamais arrivé ; l’ancien président a passé deux jours à Casablanca.

Toujours en escale au Maroc, Abdoulaye Wade a reçu FRANCE 24, jeudi 24 avril et a fait part de son agacement : "[Mercredi], c'était un problème politique. C'est Macky Sall qui m'a empêché d'aller au Sénégal, c'est clair ! (…) Maintenant je ne pense pas qu'il peut revenir sur le fait qu'il a déclaré au monde entier que le gouvernement du Sénégal a donné les autorisations mais que c'est nous qui avions retardé."

"Je ne suis pas un homme à faire des coups d'État"

Depuis mercredi, les partisans de l’ancien président et le gouvernement se rejettent la responsabilité de ce contretemps. "À notre niveau ici, c'est une simple question administrative et cette question va être réglée aujourd'hui [jeudi]. Il suffit qu'on lui notifie l'avion, le commandant de l'avion et puis les personnes transportées – nous sommes 4 personnes, c'est tout. Donc, il n'y aura pas de problème." Du côté du PDS, parti dont Abdoulaye Wade est le secrétaire général, on affirmait mercredi que les autorités souhaitaient que l’ancien président arrive plus discrètement, si possible de nuit, alors que ses partisans avaient prévu un accueil en grande pompe à l’aéroport puis un meeting sur le boulevard du Général de Gaulle.

"Moi je ne suis pas un homme à faire des coups d'État à mon âge. Quand même, il faut réfléchir !", explique Abdoulaye Wade. "Du désordre si ça ne dépend que de moi, il n'y en aura pas. Parce que moi, j'ai la chance de maîtriser mes militants et mes sympathisants. Ils feront ce que je leur dit. Si je leur dis ‘Foncez sur le Palais’, ils vont le faire, c'est clair ! Mais si je voulais, je pourrais même le faire sans aller à Dakar. Je peux, d'ici ou de n'importe où, comme l'a fait Khomeini, lancer un appel au peuple : ‘Prenez le Palais !’ Mais si je vais à Dakar, c'est que ce n'est pas mon intention."

"Je ne suis pas un homme à faire des coups d'État"

Un retour "hautement politique"... pour Karim Wade ?

Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2012, qui a vu la victoire de son adversaire (et de son ancien Premier ministre) Macky Sall, Abdoulaye Wade s’est retiré en France et n’a pas remis les pieds dans son pays depuis vingt-deux mois. Dans une interview au quotidien français "Le Monde", il y a quelques jours, Abdoulaye Wade expliquait les raisons de son retour qu’il qualifiait de "hautement politique".

Mais pour nombre de commentateurs, l'ancien président veut surtout défendre son fils et ancien "super ministre". Karim, 45 ans, est emprisonné depuis un an pour "enrichissement illicite". Des poursuites qui, selon le "vieux", ont une explication évidente : "Si Macky Sall a mis mon fils en prison, c'est parce qu'il voyait en lui le seul rival capable de l'affronter."

Première publication : 25/04/2014

  • SÉNÉGAL

    Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)