Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Crise grecque : l'Europe dans la tourmente

En savoir plus

POLITIQUE

Terrorisme : quelles réponses face à la menace ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les druzes pris dans le tourbillon de la guerre en Syrie

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Crise grecque : la France et l'Allemagne auraient dû montrer l'exemple, selon Jean-Dominique Giuliani

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"À l'affiche !" à Paris : de la Préhistoire au musée du Louvre

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : Boko Haram, fléau du Nigeria

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

DSK, son retour en 2017 est-il possible ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L'organisation de "l'État islamique s'étend et se consolide dans des espaces abandonnés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Valls veut fermer des mosquées salafistes

En savoir plus

Afrique

Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

© FRANCE 24 | Abdoulaye Wade, le 24 avril 2014 à Casablanca, au Maroc

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2014

En escale forcée au Maroc, l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade a accordé un entretien à France 24, jeudi 24 avril. Il dénonce un "problème politique" et pointe du doigt le président en exercice, Macky Sall qui selon lui s'oppose à son retour.

Après bientôt deux ans d’absence, le "vieux" – comme on le surnomme à Dakar – devait rentrer au pays, mercredi 23 avril. Abdoulaye Wade, 87 ans, président du Sénégal de 2000 à 2012, était attendu dans la capitale sénégalaise en milieu d’après-midi. Mais son avion privé n’est jamais arrivé ; l’ancien président a passé deux jours à Casablanca.

Toujours en escale au Maroc, Abdoulaye Wade a reçu FRANCE 24, jeudi 24 avril et a fait part de son agacement : "[Mercredi], c'était un problème politique. C'est Macky Sall qui m'a empêché d'aller au Sénégal, c'est clair ! (…) Maintenant je ne pense pas qu'il peut revenir sur le fait qu'il a déclaré au monde entier que le gouvernement du Sénégal a donné les autorisations mais que c'est nous qui avions retardé."

"Je ne suis pas un homme à faire des coups d'État"

Depuis mercredi, les partisans de l’ancien président et le gouvernement se rejettent la responsabilité de ce contretemps. "À notre niveau ici, c'est une simple question administrative et cette question va être réglée aujourd'hui [jeudi]. Il suffit qu'on lui notifie l'avion, le commandant de l'avion et puis les personnes transportées – nous sommes 4 personnes, c'est tout. Donc, il n'y aura pas de problème." Du côté du PDS, parti dont Abdoulaye Wade est le secrétaire général, on affirmait mercredi que les autorités souhaitaient que l’ancien président arrive plus discrètement, si possible de nuit, alors que ses partisans avaient prévu un accueil en grande pompe à l’aéroport puis un meeting sur le boulevard du Général de Gaulle.

"Moi je ne suis pas un homme à faire des coups d'État à mon âge. Quand même, il faut réfléchir !", explique Abdoulaye Wade. "Du désordre si ça ne dépend que de moi, il n'y en aura pas. Parce que moi, j'ai la chance de maîtriser mes militants et mes sympathisants. Ils feront ce que je leur dit. Si je leur dis ‘Foncez sur le Palais’, ils vont le faire, c'est clair ! Mais si je voulais, je pourrais même le faire sans aller à Dakar. Je peux, d'ici ou de n'importe où, comme l'a fait Khomeini, lancer un appel au peuple : ‘Prenez le Palais !’ Mais si je vais à Dakar, c'est que ce n'est pas mon intention."

"Je ne suis pas un homme à faire des coups d'État"

Un retour "hautement politique"... pour Karim Wade ?

Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2012, qui a vu la victoire de son adversaire (et de son ancien Premier ministre) Macky Sall, Abdoulaye Wade s’est retiré en France et n’a pas remis les pieds dans son pays depuis vingt-deux mois. Dans une interview au quotidien français "Le Monde", il y a quelques jours, Abdoulaye Wade expliquait les raisons de son retour qu’il qualifiait de "hautement politique".

Mais pour nombre de commentateurs, l'ancien président veut surtout défendre son fils et ancien "super ministre". Karim, 45 ans, est emprisonné depuis un an pour "enrichissement illicite". Des poursuites qui, selon le "vieux", ont une explication évidente : "Si Macky Sall a mis mon fils en prison, c'est parce qu'il voyait en lui le seul rival capable de l'affronter."

Première publication : 25/04/2014

  • SÉNÉGAL

    Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)