Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

Afrique

Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

© FRANCE 24 | Abdoulaye Wade, le 24 avril 2014 à Casablanca, au Maroc

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2014

En escale forcée au Maroc, l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade a accordé un entretien à France 24, jeudi 24 avril. Il dénonce un "problème politique" et pointe du doigt le président en exercice, Macky Sall qui selon lui s'oppose à son retour.

Après bientôt deux ans d’absence, le "vieux" – comme on le surnomme à Dakar – devait rentrer au pays, mercredi 23 avril. Abdoulaye Wade, 87 ans, président du Sénégal de 2000 à 2012, était attendu dans la capitale sénégalaise en milieu d’après-midi. Mais son avion privé n’est jamais arrivé ; l’ancien président a passé deux jours à Casablanca.

Toujours en escale au Maroc, Abdoulaye Wade a reçu FRANCE 24, jeudi 24 avril et a fait part de son agacement : "[Mercredi], c'était un problème politique. C'est Macky Sall qui m'a empêché d'aller au Sénégal, c'est clair ! (…) Maintenant je ne pense pas qu'il peut revenir sur le fait qu'il a déclaré au monde entier que le gouvernement du Sénégal a donné les autorisations mais que c'est nous qui avions retardé."

"Je ne suis pas un homme à faire des coups d'État"

Depuis mercredi, les partisans de l’ancien président et le gouvernement se rejettent la responsabilité de ce contretemps. "À notre niveau ici, c'est une simple question administrative et cette question va être réglée aujourd'hui [jeudi]. Il suffit qu'on lui notifie l'avion, le commandant de l'avion et puis les personnes transportées – nous sommes 4 personnes, c'est tout. Donc, il n'y aura pas de problème." Du côté du PDS, parti dont Abdoulaye Wade est le secrétaire général, on affirmait mercredi que les autorités souhaitaient que l’ancien président arrive plus discrètement, si possible de nuit, alors que ses partisans avaient prévu un accueil en grande pompe à l’aéroport puis un meeting sur le boulevard du Général de Gaulle.

"Moi je ne suis pas un homme à faire des coups d'État à mon âge. Quand même, il faut réfléchir !", explique Abdoulaye Wade. "Du désordre si ça ne dépend que de moi, il n'y en aura pas. Parce que moi, j'ai la chance de maîtriser mes militants et mes sympathisants. Ils feront ce que je leur dit. Si je leur dis ‘Foncez sur le Palais’, ils vont le faire, c'est clair ! Mais si je voulais, je pourrais même le faire sans aller à Dakar. Je peux, d'ici ou de n'importe où, comme l'a fait Khomeini, lancer un appel au peuple : ‘Prenez le Palais !’ Mais si je vais à Dakar, c'est que ce n'est pas mon intention."

"Je ne suis pas un homme à faire des coups d'État"

Un retour "hautement politique"... pour Karim Wade ?

Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2012, qui a vu la victoire de son adversaire (et de son ancien Premier ministre) Macky Sall, Abdoulaye Wade s’est retiré en France et n’a pas remis les pieds dans son pays depuis vingt-deux mois. Dans une interview au quotidien français "Le Monde", il y a quelques jours, Abdoulaye Wade expliquait les raisons de son retour qu’il qualifiait de "hautement politique".

Mais pour nombre de commentateurs, l'ancien président veut surtout défendre son fils et ancien "super ministre". Karim, 45 ans, est emprisonné depuis un an pour "enrichissement illicite". Des poursuites qui, selon le "vieux", ont une explication évidente : "Si Macky Sall a mis mon fils en prison, c'est parce qu'il voyait en lui le seul rival capable de l'affronter."

Première publication : 25/04/2014

  • SÉNÉGAL

    Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)