Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2014

À Sao Paulo, les 900 participants du rassemblement NETmundial ont adopté une déclaration finale non contraignante qui soutient l’établissement d’une gouvernance multilatérale du Web et condamne l’espionnage.

Réunis à Sao Paulo jeudi soir, les participants du NETmundial ont condamné l’espionnage sur Internet, quelques mois après le scandale des écoutes américaines, et plaidé comme attendu en faveur d'une nouvelle gouvernance multilatérale pour un Internet ouvert et libéré de la tutelle américaine.

"La surveillance de masse et arbitraire mine la confiance dans l'Internet", insiste notamment la résolution finale de ce sommet international qui a rassemblé pendant deux jours plus de 900 représentants de gouvernements, du secteur privé, du monde académique, de la société civile et d'institutions techniques.

"La collecte et l'utilisation de données personnelles par des acteurs étatiques et non étatiques doivent être soumises aux lois internationales des droits de l'homme", ont expliqué les acteurs du net en écho à l'affaire du scandale des écoutes de l'agence de sécurité américaine NSA sur les communications de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, mais aussi de la chancelière allemande Angela Merkel et du président mexicain Enrique Peña Nieto.

Les révélations de l'ex-consultant américain Edward Snowden à l'été 2013 avaient conduit Rousseff à émettre devant les Nations unies l'idée d'un contrôle multilatéral de l'utilisation d'Internet, puis à convoquer ce sommet fondateur pour tenter d'instaurer une gouvernance mondiale affranchie du joug américain.

Vers une décentralisation des nœuds du réseau

Car pour des raisons principalement historiques, liées notamment à l'édification du réseau au gré des besoins du moment, les États-Unis contrôlent ou hébergent les principaux organismes administrant les adresses, noms de domaines, normes et protocoles du web, ce qui provoque depuis plusieurs années les réserves des acteurs du net et de certains gouvernements.

S'engouffrant dans la brèche de la méfiance envers les États-Unis suite à l'affaire Snowden, le président russe Vladimir Poutine a d'ailleurs affirmé jeudi à Moscou que toutes les informations transitant par Google "passaient par des serveurs basés aux États-Unis" où selon lui "tout est surveillé".

Soucieux de s'affranchir de Washington, les participants du NETmundial se sont accordés sur le principe d'une gestion multilatérale du Web pour un réseau à la fois efficace et légitime. Par cette approche "multi-acteurs" la gouvernance doit tendre vers "un réseau stable, décentralisé, sûr, interconnecté et accessible à tous", martèle la déclaration finale.

Les États-Unis ont concédé le mois dernier une révision du statut de l'Icann ("Internet Corporation for Assigned Names and Numbers"), l'organisme qui délivre adresses IP et noms de domaine sur Internet, comme .com ou .gov, et dont le siège se trouve en Californie.

Un geste symbolique mais marquant salué par le NETmundial, qui insiste toutefois sur le fait que "le processus de globalisation de l'Icann conduise à l'établissement d'une administration véritablement internationale et globale au service de l'intérêt public" à la fois responsable et transparente.

Avec AFP
 

Première publication : 25/04/2014

  • RUSSIE

    Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • Sur le Net

    Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)