Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Economie

Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2014

À Sao Paulo, les 900 participants du rassemblement NETmundial ont adopté une déclaration finale non contraignante qui soutient l’établissement d’une gouvernance multilatérale du Web et condamne l’espionnage.

Réunis à Sao Paulo jeudi soir, les participants du NETmundial ont condamné l’espionnage sur Internet, quelques mois après le scandale des écoutes américaines, et plaidé comme attendu en faveur d'une nouvelle gouvernance multilatérale pour un Internet ouvert et libéré de la tutelle américaine.

"La surveillance de masse et arbitraire mine la confiance dans l'Internet", insiste notamment la résolution finale de ce sommet international qui a rassemblé pendant deux jours plus de 900 représentants de gouvernements, du secteur privé, du monde académique, de la société civile et d'institutions techniques.

"La collecte et l'utilisation de données personnelles par des acteurs étatiques et non étatiques doivent être soumises aux lois internationales des droits de l'homme", ont expliqué les acteurs du net en écho à l'affaire du scandale des écoutes de l'agence de sécurité américaine NSA sur les communications de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, mais aussi de la chancelière allemande Angela Merkel et du président mexicain Enrique Peña Nieto.

Les révélations de l'ex-consultant américain Edward Snowden à l'été 2013 avaient conduit Rousseff à émettre devant les Nations unies l'idée d'un contrôle multilatéral de l'utilisation d'Internet, puis à convoquer ce sommet fondateur pour tenter d'instaurer une gouvernance mondiale affranchie du joug américain.

Vers une décentralisation des nœuds du réseau

Car pour des raisons principalement historiques, liées notamment à l'édification du réseau au gré des besoins du moment, les États-Unis contrôlent ou hébergent les principaux organismes administrant les adresses, noms de domaines, normes et protocoles du web, ce qui provoque depuis plusieurs années les réserves des acteurs du net et de certains gouvernements.

S'engouffrant dans la brèche de la méfiance envers les États-Unis suite à l'affaire Snowden, le président russe Vladimir Poutine a d'ailleurs affirmé jeudi à Moscou que toutes les informations transitant par Google "passaient par des serveurs basés aux États-Unis" où selon lui "tout est surveillé".

Soucieux de s'affranchir de Washington, les participants du NETmundial se sont accordés sur le principe d'une gestion multilatérale du Web pour un réseau à la fois efficace et légitime. Par cette approche "multi-acteurs" la gouvernance doit tendre vers "un réseau stable, décentralisé, sûr, interconnecté et accessible à tous", martèle la déclaration finale.

Les États-Unis ont concédé le mois dernier une révision du statut de l'Icann ("Internet Corporation for Assigned Names and Numbers"), l'organisme qui délivre adresses IP et noms de domaine sur Internet, comme .com ou .gov, et dont le siège se trouve en Californie.

Un geste symbolique mais marquant salué par le NETmundial, qui insiste toutefois sur le fait que "le processus de globalisation de l'Icann conduise à l'établissement d'une administration véritablement internationale et globale au service de l'intérêt public" à la fois responsable et transparente.

Avec AFP
 

Première publication : 25/04/2014

  • RUSSIE

    Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • Sur le Net

    Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)