Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Amazon, la conquête avant tout

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron nationalise les chantiers navals"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'opposition vénézuélienne interdite de manifester avant le vote de dimanche

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Venezuela dans l'impasse ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Venezuela dans l'impasse ? (partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le ministre égyptien des Affaires étrangères, le Qatar "soutient et finance le terrorisme"

En savoir plus

FOCUS

France : vent de fronde sur La République En Marche

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Helen Mirren, "queen" du cinéma britannique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le viagra pour l'armée américaine : cinq fois plus cher que les frais de santé des transgenres

En savoir plus

FRANCE

Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2014

Quatre policiers soupçonnés d'avoir violé une jeune Canadienne au "36, quai des Orfèvres", le siège de la police judiciaire (PJ) à Paris, ont été placés en garde à vue, jeudi. La "police des polices" a été saisie de l'affaire.

Les faits présumés se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi après une soirée arrosée dans un pub irlandais du 5e arrondissement de Paris. Une Canadienne de 34 ans aurait accepté de suivre des policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) – l'ancienne "antigang" – pour une visite nocturne du siège de la police judiciaire (PJ) parisienne.

Selon France Info, les nombreuses caméras de surveillance du quartier, y compris celle de la police judiciaire, ont filmé le groupe en train d'entrer. Puis, plus tard, les mêmes caméras montrent la jeune femme sortir du batiment, mais cette fois seule, sans les policiers.

C'est là, au "36, quai des Orfèvres" que la femme affirme avoir été violée. La victime présumée a déposé une plainte quelques heures après les faits.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête sous le régime de la flagrance, a indiqué à l'AFP une source judiciaire qui a précisé que quatre policiers étaient en garde à vue. Ils contesteraient les faits présumés. Leur garde à vue a été prolongée de 24 heures, vendredi 25 avril, par le parquet de Paris. A son issue, les quatre hommes peuvent être libérés ou déférés devant un juge d'instruction. Les faits dénoncés sont passibles de la cour d'assises.

Le préfet de police, Bernard Boucault, "a (…) saisi jeudi l'Inspection générale de la police nationale [IGPN] d'une enquête administrative", a indiqué la préfecture de police.

Avec AFP

Première publication : 25/04/2014

  • FRANCE

    Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Collecte massive d’ADN dans un lycée de La Rochelle pour confondre un violeur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)