Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

Economie

Google admet avoir mis de l’argent de côté pour le fisc français

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/04/2014

Le géant américain a reconnu, vendredi, avoir reçu une “notification” du fisc français et avoir mis de côté de l’argent pour régler une éventuelle ardoise fiscale. C’est la première fois que Google évoque aussi clairement un redressement en France.

Google a enfin reconnu être l’objet d’une procédure fiscale en France. “En mars 2014, nous avons reçu une notification des autorités fiscales françaises”, affirme le géant du Net dans son document sur les résultats trimestriels remis à la Sec, le gendarme américain de la Bourse, relayé par le quotidien britannique "Financial Times", vendredi 25 avril.

C’est la première fois que le célèbre moteur de recherche admet être dans le collimateur du fisc français. En février dernier, le site du quotidien français “Le Point” affirmait que Paris avait réclamé un milliard d’euros au géant américain. D’autres sources évoquaient, de leur côté, plutôt 500 millions d’euros. Mais ni Bercy, ni Google, n’avaient confirmé ces montants.

Dorénavant le groupe américain se préparerait donc à devoir solder son ardoise fiscale en France, même si le terme précis de redressement est absent du document transmis à la SEC. Google précise, en effet, avoir mis de côté “une provision adéquate”, afin de couvrir tout compromis éventuel avec l’administration française. Mais “le fait de provisionner un risque ne signifie pas pour autant que Google reconnaît devoir de l’argent”, précise à FRANCE 24 Frédéric Naim, avocat fiscaliste parisien.

Le géant américain ne précise, en outre, pas le montant exact de cette provision. Il affirme toutefois, dans le document, avoir mis de côté ce trimestre 822 millions de dollars. Une somme censée couvrir d’éventuels surprises avec l’IRS (l’inspection américaine des impôts) et d’”autres autorités fiscales”, sans préciser si ces dernières sont toutes américaines ou s’étendent aux administrations fiscales d’autres pays, dont la France. Rien n’indique que l’argent ainsi provisionné fin mars prend déjà en compte la “notification” française reçue le même mois. Contacté par FRANCE 24, Google n’a pas commenté ce point. Reste que la provision a augmenté de 500 millions de dollars en un an.

Critiqué de toute part

Un accord entre Google et le fisc français mettrait un terme à plus de trois ans de procédure. Les locaux parisiens du géant américain avaient, ainsi, été perquisitionnés en 2011 dans le cadre d’une enquête sur les “prix de transfert”. Cette technique permet à des multinationales de soustraire une partie de ses bénéfices d’un territoire pour le déclarer dans un autre pays fiscalement plus clément. Google “domicilie” ainsi la quasi-totalité de ses revenus en Irlande, après un passage par les Pays-Bas. Cerise sur le gâteau de cette optimisation fiscale, les fonds sont ensuite transférés dans le paradis fiscal des Bermudes, où est située la filiale Google Holding.

Ce montage financier a été critiqué par plusieurs pays. En Grande-Bretagne, le Parlement avait même publié, en juin 2013, un rapport sur les prouesses fiscales de Google. Le gouvernement français s’est montré, à plusieurs reprises, ouvertement très sévère à l’égard de Google. À tel point que la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait refusé d’assister à l’inauguration, en décembre 2013, de l’Institut Culturel de Google à Paris pour protester contre les pratiques fiscales du géant américain.

Il faut dire qu’en France, le groupe américain n’a déclaré, en 2012, que 192,9 millions d’euros de chiffre d’affaires et des profits de 8,3 millions d’euros, ce qui lui a permis de ne payer qu’un impôt sur les bénéfices de 6,5 millions d’euros. Pourtant, d’après les estimations de plusieurs spécialistes, le chiffre d’affaires réel du groupe sur le sol français se situait entre 1,25 et 1,4 milliard d'euros en 2011.

D’autres géants américains du Net verront probablement d’un mauvais œil que Google solde son ardoise fiscale française. Le groupe dirigé par Larry Page est loin d’être le seul à intéresser le fisc français. Amazon, Apple ou encore Facebook sont également friands d’optimisation fiscale, au grand dam du Trésor français. Pour l'administration française, un accord avec Google pourrait devenir un précieux précédent.
 

Première publication : 25/04/2014

  • FRANCE

    Fiscalité : et revoilà l'affaire du milliard d'euros réclamé à Google

    En savoir plus

  • INTERNET

    À Paris, Google veut flatter le monde de la culture avec son Lab

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le fisc français réclamerait un milliard d’euros à Google

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)