Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Ukraine : l'armée lance le blocus du bastion séparatiste de Sloviansk

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2014

Au lendemain de heurts meurtriers dans l’est de l'Ukraine, les tensions restent vives entre les troupes ukrainiennes et les insurgés pro-russes. Kiev annonce avoir lancé le blocus de la ville de Sloviansk, bastion des séparatistes.

Les forces spéciales ukrainiennes ont engagé vendredi 25 avril la seconde phase de leur opération dans l'est du pays en organisant le blocus complet de la ville de Sloviansk, bastion des séparatistes pro-Russes, a annoncé la présidence ukrainienne. "L'objectif est de bloquer les terroristes dans Slaviansk", a dit Serhiy Pachinski, chef de cabinet du président Tourtchinov, cité par l'agence Interfax-Ukraine.

Le président ukrainien a par ailleurs averti la Russie sur le fait que "tout franchissement de la frontière par des troupes russes à l’intérieur du territoire de Donetsk ou de n’importe quelle autre région ukrainienne" serait considérée "comme une invasion militaire" entraînant la "destruction des assaillants".

Peu avant cette déclaration, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk avait accusé Moscou de vouloir déclencher un nouveau conflit mondial, en occupant "militairement et politiquement" son pays. "Les velléités de conflit militaire en Ukraine mèneront à un conflit militaire en Europe", a-t-il dit vendredi lors d'un conseil des ministres retransmis en direct à la télévision. "Le monde n'a pas encore oublié la Deuxième Guerre mondiale que la Russie veut déjà déclencher la Troisième Guerre mondiale", a-t-il poursuivi.

La chancelière Angela Merkel a, elle aussi, manifesté "sa grande inquiétude" sur la situation en Ukraine, lors d'une conversation téléphonique avec le président russe, a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert. Et d'ajouter que la chancelière "a dit attendre du gouvernement russe qu'il manifeste clairement son approbation de l'accord de Genève et qu'il travaille à sa mise en œuvre".

Cette même attente a été exprimée, jeudi 24 avril, par le secrétaire d'État américain John Kerry qui a vertement tancé la Russie, estimant que Moscou n’avait "pas pris la moindre initiative" pour mettre en œuvre l'accord conclu à Genève qui doit faire baisser la tension en Ukraine. Il a dénoncé "une erreur coûteuse".

Kerry a par ailleurs accusé la Russie de faire "des efforts démesurés pour saboter activement le processus démocratique par le biais d'une campagne d'intimidation grossière" en Ukraine, qualifiant les nouvelles manœuvres militaires menées à la frontière par l'armée russe d’actes "menaçants".

Jeudi 24 avril, les affrontements entre les deux camps auraient fait jusqu’à cinq morts dans les rangs des insurgés alors qu’un soldat ukrainien a été blessé, selon les chiffres dévoilés par le ministère ukrainien de l'Intérieur.

Obama doit rencontrer les Éuropéens

En tournée officielle dans plusieurs pays d’Asie, le président américain Barack Obama a lui aussi incriminé la Russie quant à l’évolution de la situation en Ukraine. "Jusqu'à présent, nous ne les avons pas vu respecter ni l'esprit ni la lettre de l'accord de Genève", a-t-il regretté, s’exprimant depuis Tokyo.

Le président américain a également menacé Moscou de "conséquences et de nouvelles sanctions" si les autorités russes n’agissaient pas de façon "plus réfléchie". Il devrait s’entretenir avec plusieurs chefs d’État européens à ce sujet, vendredi 25 avril.
Selon l’administration américaine, les sanctions internationales ont déjà entraîné la sortie de Russie de quelque 70 milliards de dollars de capitaux.

De son côté, Vladimir Poutine était lui aussi monté au créneau. "Si le régime actuel à Kiev a vraiment commencé à utiliser l'armée contre la population dans le pays, c'est un crime très grave contre son propre peuple", a martelé le président russe. Il a averti que cette opération aurait "des conséquences pour les gens qui prennent ces décisions".

Le leader des séparatistes de Slaviansk, Viatcheslav Ponomarev, avait demandé dimanche à Vladimir Poutine d'envoyer des troupes russes pour soutenir les insurgés, renforçant les craintes d'une intervention et, à terme, d'une prise de contrôle des régions de l'Est russophone, à l'image de la Crimée en mars.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé à "éviter à tout prix les actions militaires", redoutant "que la situation n'échappe à tout contrôle avec des conséquences imprévisibles".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 25/04/2014

  • Un oeil sur les médias

    Où s'arrêtera Poutine ?

    En savoir plus

  • Le débat de France 24

    Crise en Ukraine : l'escalade à l'est, jusqu'où ? (Partie 1)

    En savoir plus

  • CRISE UKRAINIENNE

    Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)