Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

FRANCE

Arméniens en France : "On est loin de la reconnaissance du génocide"

© FRANCE 24

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2014

Après les condoléances présentées par le Premier ministre turc Erdogan, la communauté arménienne en France salue un premier pas mais regrette l’absence de reconnaissance du génocide de 1915.

En France, la communauté arménienne reste sur sa faim, malgré les condoléances présentées, jeudi 24 avril, par le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, aux petits-fils des victimes du drame de 1915. "C’est la première fois que le Premier ministre turc dit quelque chose de positif à l’égard de ce peuple qui est le bouc émissaire de la Turquie. Pour autant, on est encore loin de la reconnaissance du génocide", estime, au micro de FRANCE 24, Ara Toranian, co-président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF).

Via un communiqué, le chef du gouvernement turc a estimé que c’était "un devoir humain de comprendre et de partager la volonté des Arméniens de commémorer leurs souffrances pendant cette époque". "Nous souhaitons que les Arméniens qui ont perdu la vie dans les circonstances du début du XXe siècle reposent en paix et nous exprimons nos condoléances à leurs petits-enfants", ajoute le texte. Erdogan a par ailleurs soigneusement évité d’employer le terme de "génocide", que la Turquie ne reconnaît pas.

Une omission qui fait bondir les premiers concernés. "Tant qu’il n’y aura pas de reconnaissance, il n’y aura pas non plus de sépulture", déplore Stéphane Petrossian, petit-fils de rescapés du génocide.

Invité par la presse à réagir aux propos de Recep Tayyip Erdogan après son discours, François Hollande a noté un progrès dans la position turque mais l'a jugée encore insuffisante. "C'est un mot qu'il faut entendre mais qui ne peut pas encore suffire. Ce qui doit être dit c'est ce qui s'est produit, même s'il y a là une évolution", a-t-il déclaré.

Pour autant, reconnaître le génocide impliquerait d’assumer que la République du pays a été fondée sur un crime, estime Erol Özkoray, un politologue turc. "Les équipes dirigeants de la République avaient du sang sur les mains", dénonce-t-il, à FRANCE 24.

En France, des cérémonies ont été organisées dans plusieurs villes pour commémorer le début des massacres le 24 avril 1915. À Paris, elles ont eu lieu en présence de François Hollande.

Première publication : 25/04/2014

  • TURQUIE

    Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • LES DROITS DE L'HOMME

    Nier le génocide arménien n'est pas un délit, selon la CEDH

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)