Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Arméniens en France : "On est loin de la reconnaissance du génocide"

© FRANCE 24

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2014

Après les condoléances présentées par le Premier ministre turc Erdogan, la communauté arménienne en France salue un premier pas mais regrette l’absence de reconnaissance du génocide de 1915.

En France, la communauté arménienne reste sur sa faim, malgré les condoléances présentées, jeudi 24 avril, par le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, aux petits-fils des victimes du drame de 1915. "C’est la première fois que le Premier ministre turc dit quelque chose de positif à l’égard de ce peuple qui est le bouc émissaire de la Turquie. Pour autant, on est encore loin de la reconnaissance du génocide", estime, au micro de FRANCE 24, Ara Toranian, co-président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF).

Via un communiqué, le chef du gouvernement turc a estimé que c’était "un devoir humain de comprendre et de partager la volonté des Arméniens de commémorer leurs souffrances pendant cette époque". "Nous souhaitons que les Arméniens qui ont perdu la vie dans les circonstances du début du XXe siècle reposent en paix et nous exprimons nos condoléances à leurs petits-enfants", ajoute le texte. Erdogan a par ailleurs soigneusement évité d’employer le terme de "génocide", que la Turquie ne reconnaît pas.

Une omission qui fait bondir les premiers concernés. "Tant qu’il n’y aura pas de reconnaissance, il n’y aura pas non plus de sépulture", déplore Stéphane Petrossian, petit-fils de rescapés du génocide.

Invité par la presse à réagir aux propos de Recep Tayyip Erdogan après son discours, François Hollande a noté un progrès dans la position turque mais l'a jugée encore insuffisante. "C'est un mot qu'il faut entendre mais qui ne peut pas encore suffire. Ce qui doit être dit c'est ce qui s'est produit, même s'il y a là une évolution", a-t-il déclaré.

Pour autant, reconnaître le génocide impliquerait d’assumer que la République du pays a été fondée sur un crime, estime Erol Özkoray, un politologue turc. "Les équipes dirigeants de la République avaient du sang sur les mains", dénonce-t-il, à FRANCE 24.

En France, des cérémonies ont été organisées dans plusieurs villes pour commémorer le début des massacres le 24 avril 1915. À Paris, elles ont eu lieu en présence de François Hollande.

Première publication : 25/04/2014

  • TURQUIE

    Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • LES DROITS DE L'HOMME

    Nier le génocide arménien n'est pas un délit, selon la CEDH

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)