Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radicalisation : un nouveau plan pour sortir de l'impasse"

En savoir plus

Afrique

Violent accrochage entre des soldats français et un groupe armé à Bangui

© AFP | La force Sangaris au PK12, à Bangui

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/04/2014

Des soldats français de l'opération Sangaris ont riposté à des tirs d’un groupe armé non identifié, dans un quartier de Bangui, jeudi soir. Selon le porte parole de la communauté musulmane, ces violences auraient fait cinq morts parmi les habitants.

En Centrafrique, des soldats français de l'opération Sangaris ont été pris à partie par un groupe armé dans un quartier musulman de Bangui, jeudi soir, ont indiqué différentes sources. "Des soldats français qui patrouillaient au PK5 ont été visés par des tirs d'individus armés non identifiés vers 21H30 (20H30 GMT) et ils ont riposté à ces tirs", a déclaré à l'AFP une source au sein de la force africaine Misca.

"Les échanges des tirs se sont poursuivis jusqu'à 1 heure du matin. On ignore le bilan exact de ces échanges de tirs", a poursuivi cette personne, sous couvert d'anonymat.

Une information confirmée par une source proche de Sangaris. "Après des tirs de semonce, ce groupe armé a continué à tirer sur la force qui a, à son tour, tiré pour les neutraliser", a-t-elle affirmé, sans pouvoir fournir de bilan.

"Cinq morts parmi les habitants"

Selon le porte-parole de la communauté musulmane du PK5, Abakar Moustapha, l'accrochage a fait cinq morts ainsi que plusieurs blessés parmi les habitants du quartier. "Des soldats français inspectaient une maison suspectée d'abriter des armes au quartier camerounais (du PK5) quand ils ont été pris à partie par des jeunes manifestant leur colère", a-t-il expliqué.

Un porte-parole de la Croix-Rouge centrafricaine a indiqué que trois blessés par balle avaient été admis à l'hôpital communautaire du PK5, dans la nuit de jeudi à vendredi.

La Centrafrique, l'un des pays les plus pauvres du monde, traverse depuis plus d'un an une crise sans précédent qui a fait des milliers de morts et près d'un million de déplacés.

Avec AFP

Première publication : 26/04/2014

  • CENTRAFRIQUE

    L'ONU évacue plus de 90 musulmans de Bangui vers le centre du pays

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Reportage : "les anti-balaka font pire que la Séléka"

    En savoir plus

  • RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

    Centrafrique : l'ONU autorise l'envoi de près de 12 000 Casques bleus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)