Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

FRANCE

Quai des Orfèvres : deux policiers mis en examen pour viol en réunion

© 36, quai des Orfèvres \ Crédit : AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/04/2014

Deux des quatre policiers soupçonnés d'avoir violé une jeune Canadienne au "36, quai des Orfèvres" à Paris ont été mis en examen. L'image de la police judiciaire ne doit pas être affectée par "le manquement de quelques-uns", note Bernard Cazeneuve.

Deux policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) ont été mis en examen, dimanche 27 avril, pour viol en réunion sur une touriste canadienne au sein du 36, quai des Orfèvres. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire, alors que le parquet de Paris avait requis leur placement en détention provisoire.

Au total, quatre agents de la BRI avaient été placés en garde à vue, jeudi. Deux d'entre eux ont été remis en liberté samedi, le premier dans la journée sans aucune charge au terme des 48 heures de garde à vue et le second dans la soirée après avoir été placé par un juge d'instruction sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre simple témoin et mis en examen.

L'un des deux hommes mis en examen a reconnu une relation sexuelle avec la plaignante, une Canadienne de 34 ans. Toutefois, il conteste "fermement" tout viol, a indiqué à l'AFP son avocat Sébastien Schapira. Dans un premier temps, il avait nié tout rapport, comme ses collègues qui n'ont eux pas modifié leur position.

Les résultats ADN attendus

Samedi, le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire pour viol en réunion et modification de l'état des lieux d'un crime. Selon une source proche de l'enquête, les bas et les lunettes de la jeune femme ont disparu au moment des faits qu'elle dénonce. Les résultats des prélèvements ADN sont également attendus pour permettre d'en savoir plus sur cette affaire. La plaignante affirme avoir rencontré dans la nuit de mardi à mercredi les hommes de la BRI dans un pub irlandais du quartier Saint-Michel, où beaucoup de policiers ont leurs habitudes, non loin du siège de la PJ.

Après une soirée arrosée, elle aurait, selon ces sources, accepté de les suivre dans leurs locaux, Quai des Orfèvres, de l'autre côté de la Seine. C'est en ressortant, visiblement sous le choc, qu'elle a affirmé à l'agent de faction avoir été violée avant de porter plainte.

Cazeneuve réitère son "entière confiance" à la PJ

Cette affaire judiciaire, "extrêmement grave si les faits sont avérés" selon un haut responsable policier, a provoqué un séisme au siège de l'emblématique "36" Quai des Orfèvres. Le siège de la police judiciaire abrite des services d'élite comme la Brigade criminelle ou la BRI (ex-brigade antigang), spécialisée dans les interventions difficiles et les interpellations à hauts risques.

Si les policiers du "36" sont conscients que l'image de leur institution risque d'en pâtir, quelle que soit l'issue de cette affaire, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a toutefois renouvelé "son entière confiance" aux membres de la PJ parisienne au moment où, "par les manquements de quelques-uns, l'institution dont ils sont légitimement fiers est affectée". "Des enquêtes disciplinaires" ont été engagées par l'IGPN, "pour les manquements d'ores et déjà avérés au droit de la fonction publique, à la déontologie et au règlement général d'emploi", a-t-il également rappelé.

Avec AFP

Première publication : 27/04/2014

  • FRANCE

    Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Collecte massive d’ADN dans un lycée de La Rochelle pour confondre un violeur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)