Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

FOCUS

Centrafrique : les déplacés disent adieu à contrecœur au camp de Mpoko

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

EUROPE

Reportage : la menace russe n’effraie pas l'est de l'Ukraine

© Capture d'écran - France 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/04/2014

À Petropavlivka, une partie reculée de l’est de l’Ukraine, la menace d’une invasion militaire russe n’inquiète pas outre mesure les habitants. Certains de ces frontaliers envisagent même de prendre la nationalité russe. Reportage.

À Petropavlivka, village de l’est de l’Ukraine, à la frontière avec la Russie, un calme précaire règne. En cas d’invasion russe, les soldats et les chars de Vladimir Poutine traverseront les champs alentours. Moscou a en effet massé jusqu'à 40 000 hommes à sa frontière occidentale et y mène depuis quelques jours "des manœuvres". Pourtant, pas de quoi inquiéter Vladimir, un habitant. "Nous vivons avec la Russie, nous n'avons rien contre la Russie. Nous sommes plus effrayés par notre propre gouvernement que par l'armée russe", déclare-t-il, à FRANCE 24.

Le gouvernement de Kiev a, lui, réagi aux menaces de Moscou en renforçant ses troupes près de la frontière. Cependant, les soldats ukrainiens apparaissent délaissés et mal informés. "Tout ce que nous avons est l'espoir, rapporte un militaire. Vous en savez plus que nous. Ce que je sais, c’est grâce à la radio".

Certains locaux envisagent de quitter cette région frontalière mais, pour eux, il ne s’agit pas de fuir la menace russe, comme l’explique Vasily. Après avoir passé toute sa vie en Ukraine, ce dernier souhaite désormais acquérir la nationalité russe. "Je veux que mes enfants aient un avenir. La situation en Ukraine est trop instable”, affirme-t-il.

En attendant une éventuelle invasion, une tranchée a été creusée, non loin de là, sur un passage-frontière.

>> À lire également sur FRANCE 24 : Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

Première publication : 27/04/2014

  • CRISE UKRAINIENNE

    Ukraine : des pro-russes retiennent en otage des "espions de l’Otan"

    En savoir plus

  • CRISE UKRAINIENNE

    Le G7 prêt à imposer de nouvelles sanctions à la Russie dès lundi

    En savoir plus

  • CRISE UKRAINIENNE

    Ukraine : treize observateurs européens retenus par des pro-russes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)