Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 28/04/2014

"Déclin ?"

© France 24

Presse française, lundi 28 avril 2014. Au menu de cette revue de presse, la mise en vente de la branche énergie d'Alstom, le vote sur le plan de stabilité et la fronde d'une partie des socialistes, les européennes et les eurosceptiques, et un brin de muguet.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
À la une de la presse française, ce matin, la suite des discussions pour le rachat d'Alstom, dont la branche énergie intéresse le groupe américain General Electric et l'Allemand Siemens.
 
La vente de ce fleuron de l’industrie hexagonale fait la une des "Echos" qui parlent d’une vente "symbolique" du "déclin industriel français", en rappelant que le gouvernement n’est "pas aussi fermé à General Electric" que certains le pensent, et qu’il négocie surtout pour conserver le maximum de centres de compétences et de décision en France, où Alstom emploie 18 000 personnes. Le journal explique aussi que rien ne dit que la solution Siemens permettrait de sauver plus d’emplois.
 
Monté au front, Arnaud Montebourg promet de sauver l’entreprise, sans convaincre l’Opinion, qui ironise sur le "patriotisme économique de pacotille" du gouvernement. "À lui seul, le soldat Montebourg résume l’impossible synthèse de la gauche : prêt à sauver la veuve, mais pas l’orphelin; à secourir nos 'symboles' plutôt que nos entrepreneurs". "Or, comment ignorer que pression fiscale et coût du travail excessifs ont laminé les marges, donc la recherche et l’innovation, donc la compétitivité ? C’est cet écosystème mortifère qu’il faut réformer".
 
Alstom, la faute au "désamour entre la France et ses grandes entreprises", d’après "Le Figaro", pour qui le gouvernement actuel "a beaucoup œuvré pour démonétiser son autorité dans la vie des affaires".
 
La presse française revient également sur le vote demain à l’Assemblée nationale sur le programme de stabilité présenté par Manuel Valls. La fronde monte chez les députés socialistes, rappelle "Libération", qui évoque la  possible abstention de dizaines d’entre eux, et invite Manuel Valls à "faire quelques gestes, en direction des petites retraites par exemple", car "c’est un peu de sa légitimité de gouverner qui se joue demain dans l’hémicycle".
 
"La majorité est au bord de la crise de nerfs", confirment les Echos, pour qui le "psychodrame" socialiste "révèle une profonde fracture" au sein du PS, entre ceux qui estiment nécessaire un sérieux "coup de barre à gauche", et ceux qui parlent de "la nécessité d’accélérer et non de remettre en cause la politique menée".
 
Plan de stabilité de 50 milliards d’euros : le gouvernement annonce des économies mais aussi de nouvelles hausses d’impôts. Les Français sont invités à remplir leur déclaration fiscale: "vous allez le sentir passer", prévient "Le Parisien".
 
C’est dans ce contexte tendu que démarre la campagne pour les européennes. D’après "Le Figaro", le Front national pourrait rafler 20 % des votes, en mai prochain.
 
"L'Humanité" dénonce une campagne qui a démarré "dans un silence assourdissant", en l’absence d’un vrai débat sur les politiques d’austérité.
 
Crise, austérité, absence de vrai débat politique, et muguet, fleur symbolique de la fête du travail, célébrée le 1er mai. "Le Figaro" nous apprend que de plus en plus de retraités se sont mis à la cueillette, pour arrondir leur fin de mois.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des hebdos.

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus