Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Guerre des nerfs"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola : ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

SUR LE NET

Firechat, l'application anti-censure des Hongkongais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus… La Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Législatives en Irak : "Al-Maliki se présente comme l’alternative au chaos"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 29/04/2014

Malgré un bilan très contesté, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, candidat à un troisième mandat, est déjà donné favori des élections législatives qui se déroulent ce mercredi. Décryptage.

Les Irakiens sont appelés aux urnes, mercredi 30 avril, afin d’élire leurs 328 députés parmi 9 000 candidats. Il s’agit du premier scrutin législatif à se tenir depuis le retrait américain fin 2011, dans un pays en proie à des violences communautaires quasi-quotidiennes. Le scrutin anticipé des forces de sécurité irakiennes a d'aileurs été visé par une série d’attentats, lundi, qui a fait plus de 50 morts.

Chômage endémique, corruption, flambée de violence, crise politique, tensions confessionnelles, question kurde, dérives autoritaires... En dépit d’un bilan très contesté, le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki, candidat à un troisième mandat, est bien parti pour conserver son poste à la tête du gouvernement. Pour comprendre ce qui se joue dans ce pays, Karim Sader, politologue spécialiste des pays du Golfe et de l’Irak, répond aux questions de FRANCE 24.

FRANCE 24 : Le bilan du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki est difficile à défendre. Pourtant le leader chiite est le grand favori des législatives du 30 avril. Comment l’expliquez-vous ? 

Karim Sader : Si, objectivement, le bilan de Nouri al-Maliki est négatif, ce stratège redoutable parvient toujours à se présenter comme l’alternative au chaos, en surfant sur la division de la scène politique irakienne, qu’il a lui-même attisée et qui lui a permis d’asseoir son pouvoir. Le camp sunnite, naguère au pouvoir sous Saddam Hussein et qui s’estime marginalisé par le Premier ministre, peine à intégrer le jeu politique et à constituer une opposition légitime, ce qui n’est pas pour déplaire à Nouri al-Maliki. Et ce, sans compter que les forces politiques sunnites sont mises à mal par le retour en force des djihadistes, notamment ceux de l’EIIL [l'État islamique en Irak et au Levant, NDLR], dans l’ouest et le centre du pays. Enfin, l’absence de tout autre candidat crédible pour diriger le pays permet à Nouri al-Maliki de jouer la carte de l’homme fort, celle du leader rassurant et du sauveur de l’Irak, le plus à même de remédier à la situation sécuritaire dans le pays, qui a atteint son niveau le plus critique depuis 2008 [près de 3 000 personnes ont été tuées dans des attentats depuis le début de l’année, NDLR]. C’est pourquoi Nouri al-Maliki a mené une campagne populiste axée sur la sécurité, qui reste la principale préoccupation de la rue.

Après les législatives de 2010, il a fallu près de huit mois de tractations pour que l’Irak se dote enfin d’un gouvernement. Sachant qu’aucun parti n’est en mesure d’obtenir la majorité, un tel scénario est-il envisageable cette année ?

K.S : Tout va dépendre de l’issue du scrutin. Si Nouri al-Maliki parvient à obtenir une majorité claire, ce qui est très peu probable, il n’aura pas besoin de négocier indéfiniment pour former un gouvernement. Toutefois, si un tel scénario se produit, il serait de très mauvais augure pour l’unité de l’Irak, parce qu’il accentuerait les divisions confessionnelles déjà entretenues par l’environnement régional, à commencer par la crise syrienne. Premier laboratoire de la démocratie dans le monde arabe, dix ans avant les révoltes arabes, l’Irak est aujourd’hui à un tournant : soit Nouri al-Maliki devra renforcer le pouvoir central et revenir à un pouvoir autoritaire, soit le pays sera en proie à un chaos dévastateur à même d’entraîner son démembrement. Et ce, en l’absence d’une troisième voie qui fait cruellement défaut à toute la région. L’idée d’une coalition transcommunautaire, capable de transcender les clivages confessionnels a montré ses limites en 2010, puisque la liste conduite par Iyad Allaoui, pourtant arrivée en tête, n’avait pu constituer une majorité, laissant la place à Nouri al-Maliki.

Ce scrutin est le premier à se tenir dans le pays depuis le départ des troupes américaines, qui ont laissé le champ libre à l’influence de l’Iran voisin. Dans quelle mesure le futur gouvernement irakien sera-t-il sous influence étrangère ?

K.S : Aujourd’hui, Nouri al-Maliki est un allié de facto de Téhéran, notamment à cause de la crise syrienne, où sunnites et chiites se font face. Il est indéniable que l’Iran jouit d’une forte influence sur l’Irak, dirigé depuis la chute de Saddam par les chiites. Dans ce contexte difficile, Téhéran a besoin de renforcer le croissant chiite qui s’étend de l'Iran au Liban via le Hezbollah, en passant par l'Irak et la Syrie. Et dans cette perspective, Bagdad est un pion essentiel. Par conséquent l’Iran, qui cherche avant tout à garder le camp chiite irakien uni, interviendra dans le jeu des marchandages entre Nouri al-Maliki et ses rivaux chiites, si nécessaire, comme ce fut le cas en 2010. De même, Washington conserve une certaine marge de manœuvre dans le pays, puisque les Américains restent les principaux pourvoyeurs d’armement des forces irakiennes, qui ont fort à faire dans le pays. 

Première publication : 28/04/2014

  • IRAK

    Élections en Irak : la rancœur entre chiites et sunnites au cœur de la campagne

    En savoir plus

  • Actuelles

    Irak : des candidates se battent contre le recul des droits des femmes

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'Irak attaque un convoi djihadiste en Syrie, une première

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)