Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 30/04/2014

Nicolas Hénin, ex-otage en Syrie : "Ces gens n’ont pas réussi à me casser"

© FRANCE 24

Nicolas Hénin est resté dix mois retenu en otage par des djihadistes en Syrie. Libéré avec trois autres journalistes français mi-avril, il raconte son calvaire à FRANCE 24.

Un peu plus d’une semaine après sa libération, le journaliste et ex-otage français en Syrie, Nicolas Hénin, raconte à FRANCE 24 sa détention. Enlevé le 22 juin 2013 à Raqqa, dans le nord de la Syrie, il a été libéré dans la nuit du 19 au 20 avril 2014 avec trois autre otages, les journalistes Pierre Torrès, Didier François et Édouard Élias.

"La libération, c’est la sortie d’une sorte de trou noir, explique-t-il au micro de FRANCE 24. Pendant dix mois, on a extrêmement peu d’idées de ce qui se passe à l’extérieur, de ce qui se passe en termes de contact entre les ravisseurs et les autorités. Et puis tout nous tombe dessus. Dix mois d’actualité à rattraper, et surtout, on prend conscience de l’élan de générosité, de solidarité, qui a été soulevé à l’occasion de notre captivité, c’est très émouvant".

L’homme raconte la "joie intense" de ses retrouvailles avec sa femme et ses deux filles, âgées de 18 mois et de quatre ans. "Mais quand je me vois, souriant, retrouvant mes filles… Je trouve ces images un tout petit peu indécentes parce que je continue de penser aux Syriens que je laisse derrière moi, qui sont plongés dans une crise dramatique. Et je pense aux otages qui restent", poursuit Nicolas Hénin.

"Ça a été dur, parfois"

Pendant dix mois, le journaliste est resté aux mains de combattants djihadistes. "Beaucoup de nos geôliers étaient francophones, dont certains très bons francophones. D’autres parlaient un anglais sans accent, d’autres encore, un espagnol sans accent, ce qui donne l’impression que de nombreuses personnes étaient venues de divers endroits du monde spécialement pour combattre en Syrie", note le journaliste.

Au cours des premiers mois de sa détention, Nicolas Hénin est resté aux abords d’Alep, où se trouve ce que certains experts ont appelé "une usine à otage", tant le nombre de personnes retenues illégalement – Occidentaux et Syriens – est important. "Nous, on était un petit groupe, je ne sais pas où étaient les autres otages occidentaux. On est resté à Alep durant l’été et une partie de l’automne, raconte-t-il. Puis on a été déplacés, on a fait des heures et des heures de route sans savoir où on se trouvait".

Au début, dans les premières prisons, il côtoyait des otages Syriens. Puis il a été déplacé dans des lieux de détention spécifiques pour les Occidentaux. En tout, il a été déplacé une dizaine de fois. "Les conditions de détention étaient très basiques en terme d’hygiène, d’accès aux soins, de nourriture, de confort, explique-t-il. Mais quand je regarde d’autres cas de prises d’otage, des gens qui se faisaient battre toute la journée, qui ont perdu énormément de poids… Je me dis que ça n’a pas été drôle, que ça a été dur parfois, mais que je suis entier, j’ai toute ma tête. Ces gens n’ont pas réussi à me casser".

 

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/02/2017 Mohamed Ould Abdel Aziz

Ould Abdel Aziz : "En six heures, j’ai convaincu Jammeh de quitter le pouvoir"

Le président de la Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz a joué un rôle clé dans la résolution de la crise en Gambie. Dans cet entretien accordé à France 24, le chef d'État revient...

En savoir plus

18/02/2017 Laïcité

La laïcité, une vieille idée très moderne

Caroline Fourest, auteure et journaliste, souvent interpellée sur les questions de laïcité, vient de publier "Le Génie de la laïcité" (Éd. Grasset). Un livre à la fois historique...

En savoir plus

10/02/2017 Nucléaire iranien

"L'Iran est prêt face aux pressions américaines", dit le conseiller du Guide suprême

Ali Akbar Velayati a été ministre des Affaires étrangères iraniennes durant seize ans, avant de devenir conseiller en politique étrangère du Guide suprême, l’Ayatollah Khamenei....

En savoir plus

07/02/2017 Irak

Exclusif : le chef de l'EI est "isolé et surveillé", selon le Premier ministre irakien

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi affirme que le chef de l'organisation État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, est...

En savoir plus

04/02/2017 Moyen-Orient

"L’invention de l’Orient", la photographie comme vecteur de fantasmes

Pascal Blanchard, historien, chercheur au Laboratoire communication et politique du CNRS et spécialiste du "fait colonial" est notre invité, à l’occasion de la sortie de son...

En savoir plus