Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

EUROPE

Vidéo : la ville ukrainienne de Kostiantynivka aux mains des séparatistes

© FRANCE24

Vidéo par Douglas HERBERT , Luke BROWN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/04/2014

Dans l'Est de l'Ukraine, les séparatistes pro-russes revendiquent une nouvelle victoire. Des hommes lourdement armés se sont emparés lundi de la mairie de Konstantinovka, au Nord de la ville russophone de Donestk.

Dans la ville de Kostiantynivka, dans l’Est de l’Ukraine, des militants pro-russes se sont emparés de la mairie, lundi 28 avril. Devant l’édifice, ils ont posé des blocs de béton et des sacs de sable.

"Nous remplissons ces sacs de sable pour assurer notre défense", explique l’un d’entre eux. Derrière ces fortifications, des hommes en armes, portant cagoules et treillis militaire, surveillent l’entrée. Certains ont même des lances grenades sur l'épaule. Profitant de l'absence du maire, ils occupent les lieux. Leur arrivée a été accueillie avec enthousiasme par une foule d'habitants. Beaucoup d’entre eux portent d’ailleurs déjà le ruban noir et orange de la cause séparatiste. Pour leur part, les paramilitaires n'ont pas d'insigne ni de drapeau sur leur uniforme, mais cela ne semble pas poser problèmes à la population.

"Ce sont nos hommes, ce sont eux qui nous défendent, qui protègent les simples citoyens de Konstantinovka. Nous avons confiance en eux", affirme une femme. "Tout ce que l'on pense, c'est qu'ils auraient du venir plus tôt. Nous les attendions", ajoute un autre habitant de Kostiantynivka.

Près d'eux, des volontaires rejoignent les "milices du peuple", un groupe d'autodéfense improvisé. Selon eux, leurs ennemis sont les nationalistes de l'Ouest de l'Ukraine. "C'est ma ville. Je vis ici, j'ai une famille et des enfants. Je vais me battre pour moi même et ma famille. Nous n'avons pas besoin de ces voyous de fascistes", lance un volontaire.

La plupart des habitants de Konstantinovka soutient les séparatistes, mais tous ne partagent pas leur enthousiasme. "Nous avons une Ukraine unie. Nous n'avons pas besoin de créer tout ce bazar. Seulement 1/4 des Ukrainiens soutiennent le referendum", explique ainsi un homme, avant de se faire prendre à partie par un groupe de militants pro-russes.

En s'emparant de la mairie de la ville, les séparatistes ont ignoré les appels de la communauté internationale à désarmer les milices et évacuer les bâtiments administratifs.

Première publication : 29/04/2014

COMMENTAIRE(S)