Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Amériques

Une exécution ratée relance le débat sur la peine de mort aux États-Unis

© Oklahoma Department of Corrections | Clayton Lockett (à g.) et Charles Warner

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/04/2014

Un condamné à mort a succombé à "une crise cardiaque foudroyante", mardi soir, dans l'Oklahoma, après d'atroces souffrances provoquées par une injection létale jamais testée. L'échec de cette exécution fait polémique.

Treize minutes après une injection létale dans la prison de McAlester, dans l'Oklahoma, le détenu Clayton Lockett a levé la tête et commencé à marmonner. Le médecin chargé de superviser cette exécution  a ordonné, mardi 29 avril, l'arrêt de la procédure mais le détenu est mort d'un infarctus une quarantaine de minutes après la piqûre.

"Nous pensons qu'une veine a éclaté et que les drogues n'ont pas fait le travail escompté", a expliqué Jerry Massie, porte-parole du ministère de la Justice de l’Oklahoma.

 
Un innocent pour 25 condamnés

Une étude statistique publiée lundi par l’Académie des sciences des États-Unis estime qu’un condamné à mort américain sur 25 est en fait innocent. Les chercheurs constatent que de nombreux cas douteux ne sont pas examinés à fond car certains condamnés quittent le couloir de la mort après avoir obtenu une peine moins lourde en appel. La pression est alors moins forte pour lever les doutes sur leur culpabilité. Mais en extrapolant à partir des cas d’innocence prouvés dans les couloirs de la mort, ils calculent que 4,1 % des condamnations à mort prononcées aux États-Unis le sont sans doute contre des innocents.

Ziva Branstetter, qui assistait à l'exécution de Clayton Lockett, a déclaré sur MSNBC que ce dernier s'agitait dans tous les sens et semblait se tordre de douleur. Les autorités ont très vite fermé la scène aux témoins à l'aide d'un rideau.
 
Les produits administrés à Lockett l'ont été selon un nouveau protocole dont les détails n'ont pas été rendus publics, dernier avatar d'une bataille autour des exécutions par injection létale.

L’Union européenne, où se trouvent les compagnies pharmaceutiques qui produisent les drogues utilisées par le passé pour les exécutions, a interdit leur exportation en 2011. Le règlement européen interdit notamment l’exportation du pentobarbital et du thiopentone sodique, les principaux composants traditionnels des injections létales, au motif que "l’Union désapprouve l’application de la peine de mort quelles que soient les circonstances et œuvre à son abolition universelle".

 
La Suisse envisage des mesures similaires et d'autres fournisseurs, notamment en Inde, se sont engagés à ne plus alimenter les bourreaux américains en produits létaux.
 
Les exécutions ont été retardées dans plusieurs États américains ces dernières années en raison de pénuries de poison. En Alabama, elles sont ainsi suspendues depuis plus d’un mois.
 
Nouveaux cocktails
 
L'Oklahoma et plusieurs autres États cherchent des produits alternatifs pour faire appliquer les condamnations à mort.
 
Mais ces nouveaux cocktails sont contestés par les avocats des condamnés car on les soupçonne de provoquer des souffrances indues et de violer les dispositions constitutionnelles contre les traitements cruels ou inhabituels.
 
En janvier, la famille d’un autre condamné à mort exécuté dans l’Oklahoma avait porté plainte après avoir vu l’homme "suffoquer" pendant 26 minutes après l’injection de l’un de ces nouveaux cocktails expérimentaux.
 
Des produits tenus secrets
 
L'exécution de Clayton Lockett avait été suspendue il y a plusieurs semaines en raison d'un recours déposé par des avocats pour connaître les produits utilisés pour les exécutions, que l'État refuse de dévoiler. Des procédures similaires sont en cours dans plusieurs États américains dont le Texas, celui qui procède au plus grand nombre d’exécutions.
 
"Le gouvernement de l’Oklahoma a sacrifié la transparence et ses responsabilités au profit d’une justice expéditive. Les conséquences sont monstrueuses et étaient prévisibles", ont déclaré les Coalitions de l’Oklahoma et des États-Unis contre la peine de mort dans un communiqué.
 
Le débat sur l’existence d’une méthode d’exécution respectant l’interdiction des "traitements cruels ou inhabituels" par la Constitution des États-Unis fait partie des principaux arguments qui alimentent le débat sur la peine de mort dans le pays, tout comme le coût démesuré des procès pour peine capitale et le risque d’erreur judiciaire (voir encadré).
 
L'exécution de Charles Warner, un autre détenu, prévue après celle de Clayton Lockett a été reportée de deux semaines.
 
Clayton Lockett, 38 ans, a été condamné pour viol, meurtre et enlèvement lors d'une équipée meurtrière avec deux autre hommes en 1999. Il avait tiré sur une adolescente qu'il avait ensuite enterrée vivante.
 
Charles Warner, 46 ans, a été condamné pour le viol et le meurtre en 1997 d'un bébé de onze mois, fille de sa compagne de l'époque.
 
Avec Reuters

 

Première publication : 30/04/2014

  • CAP AMÉRIQUES

    États-Unis : peine de mort et réglementation

    En savoir plus

  • Revue de presse internationale

    "Trente ans en enfer, pour rien"

    En savoir plus

  • PEINE DE MORT

    États-Unis : retour en grâce de la chaise électrique et des chambres à gaz ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)