Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

Moyen-Orient

Malgré les bombes, les Irakiens ont afflué dans les bureaux de vote

© AFP

Vidéo par Anne-Sophie LE MAUFF

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/04/2014

Malgré le climat de violence, les électeurs irakiens sont nombreux à s'être rendus aux urnes, mercredi, pour choisir parmi les 9 000 candidats du scrutin législatif. Nouri al-Maliki s'est d'ores et déjà dit "sûr de sa victoire".

Les Irakiens ont décidé de défier les violences. Quelque 20 millions d’électeurs ont été appelés à voter, mercredi 30 avril, aux premières législatives depuis le retrait américain à la fin 2011. La commission électorale devrait annoncer le taux de participation dans la soirée.

Les violences, qui ont tué près de 90 personnes dans les 48 heures précédant le scrutin faisaient craindre un fort taux d'abstention aux analystes. À la mi-journée, environ 40 % des électeurs s'étaient déplacés, selon une source diplomatique.

Le scrutin a déjà marqué par des tirs d’obus de mortier sur des bureaux de vote, et l’explosion de bombes et de grenades assourdissantes à travers le pays. Au moins deux femmes sont mortes au nord de Bagdad, un policier a été tué lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser à l'entrée d'un bureau de vote tandis qu'un autre a été totalement détruit, sans faire de victime.

Dans la capitale, les forces de sécurité sont déployées en nombre pour prévenir tout attentat, les voitures ont interdiction de circuler dans Bagdad, et un couvre-feu a été instauré mardi 29 avril à 22 heures.
 
"Les Irakiens font preuve de responsabilité citoyenne et se rendent massivement aux urnes, en famille pour la plupart, avec deux objectifs en tête : défier le terrorisme, qui menace à tout moment de dégénérer en un bain de sang, et aussi renouveler cette classe politique qu’ils jugent sectaire et incapable de rétablir la sécurité", explique Anne-Sophie Le Mauff, correspondante de FRANCE 24 à Bagdad.
 
Al-Maliki se dit "sûr de la victoire"
 
Nouri al-Maliki, qui brigue un troisième mandat, a voté vers 7h30 à l'hôtel Rachid, au cœur de la "zone verte", un secteur fortifié de Bagdad. Dans son costume gris perle, il a déclaré aux journalistes être "sûr de la victoire". Ce scrutin est "encore plus réussi que le précédent, car il n'y a plus de soldat américain sur le sol irakien", a-t-il également indiqué, appelant ses compatriotes à se rendre massivement aux urnes.
 
Le Premier ministre sortant est quasiment assuré de l’emporter malgré un bilan très critiqué et les violences. Chaque jour depuis le début de l’année, 25 Irakiens meurent en moyenne. L’Irak n’avait plus connu un tel niveau de violence depuis 2008.
 
Or, selon une règle non écrite, le poste de Premier ministre revient à un chiite, la présidence à un Kurde et la tête du Parlement à un sunnites. En l’absence de rival crédible, Nouri al-Maliki reste donc le seul chiite ayant la carrure pour le poste.
 
Sa coalition, l'Alliance pour l'État de droit, ne devrait cependant pas obtenir la majorité des sièges, d'autres partis chiites venant la défier dans ses bastions du centre et sud. Les marchandages pour former un gouvernement risquent donc de prendre de longs mois. Après les élections de mars 2010, le gouvernement avait finalement prêté serment huit mois plus tard.
 
Le décompte des voix a commencé immédiatement après la fermeture des bureaux de vote, mais les premiers résultats ne sont pas attendus avant la mi-mai.
 
Avec AFP

 

CARTE
© FRANCE 24

Première publication : 30/04/2014

  • IRAK

    Législatives en Irak : plus de 50 morts dans des attentats contre des bureaux de vote

    En savoir plus

  • IRAK

    Législatives en Irak : "Al-Maliki se présente comme l’alternative au chaos"

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'Irak attaque un convoi djihadiste en Syrie, une première

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)