Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Panne et pagaille à l'aéroport d'Atlanta

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les sommets de la honte"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono : "Le Japon ne souhaite pas le dialogue pour le dialogue avec Pyongyang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 01/05/2014

"Ciao, Bella Ciao"

© France 24

Presse française, Jeudi 1er mai 2014. Au menu de cette revue de presse, la vente d’Alstom à General Electric, la cote de popularité de Valls et Hollande, le coût des jours fériés, et une tradition qui se perd.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, le «oui» d’Alstom à GE. L’entreprise s'est prononcée pour un examen prioritaire du géant américain, en concurrence avec Siemens.
 
Alstom s’est donné un mois pour accorder sa réponse définitive. Mais c’est un sérieux revers pour le gouvernement, qui a tout fait pour que l’offre de Siemens soit acceptée. S’il estime que l’Etat a son mot à dire dans cette affaire, Patrick, Kron, le PDG d’Alstom, fait passer le message que non, il n’aime pas beaucoup qu’on lui dicte sa conduite. Accusé par Arnaud Montebourg d’être un menteur, il répond, dans le Monde: «Je me dis que tout ce qui est excessif est insignifiant». Quant à ceux qui l’accusent d’être un dépeceur, il leur rappelle que «le marché de l'énergie européen est durablement sous pression», et de plus en plus menacé par «la montée en puissance (des) concurrents asiatiques».
 
Sa position est très critiquée outre-Rhin, où certains s’interrogent sur les chances réellement laissées à Siemens. Le site de la Croix fait état des interrogations des médias allemands, et notamment de la Deutsche Welle, qui consacre à cette affaire un article, «Alstom, le symbole des problèmes français». Pour la radio internationale, l’implication de Montebourg a complètement bouleversé les plans: «Patrick Kron et Jeffrey Immelt, le chef de GE ont toujours été d’accord: GE devrait acquérir la firme française pour 10 milliards d’euros. Mais c’était sans compter sur la politique».
 
Pour la députée européenne écologiste Sandrine Bélier, il est temps pour l’Europe d’agir si elle souhaite vraiment  protéger l’industrie européenne. «Il faut le dire clairement, écrit-elle sur Slate, nos industries nationales ont trop souffert de l'absence de stratégie globale et un «Airbus de l’énergie ou des transports» n’aurait pas de sens sans une véritable politique industrielle et énergétique à l’échelle européenne. L'Europe doit s'engager résolument dans la voie de la transition énergétique et du soutien à une industrie propre et innovante».
 
Mis en difficulté dans le dossier Alstom, le gouvernement vient également d’essuyer la fronde d’une partie des députés socialistes sur le pacte de responsabilité. Sans surprise, les premiers à en faire les frais, sont Manuel Valls et François Hollande, dont la cote de popularité, déjà moribonde, plonge à nouveau, selon le Figaro.
 
Pour Libération, François Hollande a sous-estimé le fait que la nomination de Valls allait «hystériser» la majorité: «Un député obéit d’autant moins quand il n’a plus trop confiance dans le leadership du président et qu’il ne se reconnaît pas totalement dans le Premier ministre».
 
Fête du travail oblige, c’est aujourd’hui un jour férié, et l’occasion pour le Figaro de revenir sur le coût des jours féries. Cette année, avec trois jours fériés qui tombent le jeudi, et trois ponts possibles en un seul mois, le coût s’annonce élevé: près de 4 milliards d’euros, deux fois plus que l’année dernière.
 
D’autres traditions, en revanche, se perdent, relève la Croix, qui raconte que les chants que les manifestants entonnent pour donner de l’entrain aux cortèges syndicaux - auraient tendance à se faire plus rares.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/12/2017 Revue de presse française

"Les sommets de la honte"

Au menu de la revue de presse française du lundi 18 décembre, la journée mondiale pour les migrants, l'interview d'Emmanuel Macron ou encore les handballeuses françaises...

En savoir plus

15/12/2017 Accident ferroviaire

"Tragédie au passage à niveau"

Au menu de cette revue de presse française du vendredi 15 décembre : les questions après l'accident de Millas. Comment le Premier ministre Édouard Philippe imprime-t-il sa marque...

En savoir plus

15/12/2017 Revue de presse

"La cupidité des grandes entreprises va régir Internet"

Au menu de cette revue de presse internationale du vendredi 15 décembre, la presse américaine réagit à la fin de la neutralité d'Internet. Des journaux arabes commentent...

En savoir plus

14/12/2017 Revue de presse française

"Froome en sursis ?"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 14 décembre, les interrogations sur le cycliste britannique Chris Froome, confronté à une affaire de dopage présumé. Le début de...

En savoir plus

14/12/2017 Revue de presse internationale

"Quand Erdogan se pose en sauveur des Palestiniens"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 14 décembre, l’appel de Recep Tayyip Erdogan à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine. Un vote du...

En savoir plus