Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Asie - pacifique

D'Istanbul à Singapour : tour du monde des manifestations du 1er-Mai

© MOHD RASFAN / AFP | Manifestation du 1er mai à Kuala Lumpur, Malaisie

Vidéo par Anna MOREAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/05/2014

Des millions de personnes manifestent dans le monde en ce 1er mai, journée de la Fête du travail : en Turquie et au Cambodge, où des heurts ont éclaté, mais aussi en Malaisie, en Indonésie… En Europe, les syndicats défileront contre l’austérité.

Des millions de personnes devaient battre le pavé jeudi dans le monde pour la Fête du travail, dans un contexte parfois tendu. À Istanbul, des heurts entre police et manifestants ont éclaté, un an après la vague de contestation qui a secoué la Turquie. La police a dispersé à coup de canon à eau et de gaz lacrimogènes des centaines de manifestants qui tentaient de défier l'interdiction de se rassembler sur la Place Taksim, place emblématique du mouvement anti-Erdogan, chef du gouvernement.

Les abords du cœur européen de la mégapole turque avaient été transformés en camp retranché et des dizaines de milliers de policiers - jusqu'à 40 000 selon les médias turcs - étaient mobilisés pour en barrer l'accès.
 
Dopé par le triomphe de son parti aux élections municipales du 30 mars et en pleine pré-campagne pour la présidentielle du mois d'août, le Premier ministre Recept Tayyip Erdogan avait mis les manifestants en garde : "N'ayez aucun espoir pour Taksim (...) allez manifester dans d'autres endroits d'Istanbul", avait-il lancé.
 
Au Cambodge, soutien aux ouvriers du textile
 
Les célébrations du 1er-Mai ont aussi été perturbées au Cambodge, où les syndicats avaient appelé à manifester pour soutenir des ouvriers du textile en grève dans deux zones économiques spéciales près de la frontière avec le Vietnam. La plupart des travailleurs de ce secteur vital pour l'économie cambodgienne, qui emploie 650 000 personnes, gagnent moins de 100 dollars par mois.
 
La police, armée de matraques et de bâtons, a dispersé les manifestants rassemblés aux abords du Parc de la liberté à Phnom Penh, fermé pour en empêcher l'accès aux opposants au Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 30 ans. Plusieurs personnes ont été sévèrement battues.  
 
Des manifestations sont également prévues en Indonésie, en Malaisie mais aussi dans les économies parmi les plus développées d'Asie comme Hong Kong, Singapour, Séoul ou Taïwan, où l'augmentation du coût de la vie, et en particulier le prix exorbitant du logement, creusent les inégalités.
 
En Europe, les syndicats sont divisés
 
En Europe, de nombreux défilés marquent traditionnellement le 1er-Mai, "journée internationale des travailleurs" née lors du mouvement pour la réduction du temps de travail à la fin du XIXe siècle aux États-Unis.
 
En France, les syndicats défileront sous des bannières différentes pour la deuxième année consécutive. La CGT et FO marcheront ensemble jeudi à Paris contre le plan d'économie de 50 milliards d'euros annoncé par le Premier ministre Manuel Valls, tandis que la CFDT et l'Unsa se rassembleront dans la capitale sous le signe de l'Europe. Quant au Front national, il entend faire une "démonstration de force" à moins d'un mois des élections européennes.
 
L'Espagne, qui sort timidement du marasme économique et reste minée par un chômage record, descendra également dans la rue à Madrid et dans plus de 70 villes.
 
À Moscou, les organisations syndicales russes défileront sur la Place-Rouge, renouant avec une tradition datant de l'Union soviétique en pleine vague de patriotisme en Russie exacerbée par la crise ukrainienne. Grecs et italiens défileront également.
 

 

Première publication : 01/05/2014

  • FRANCE

    Entre affaire Cahuzac et chômage record, le FN se pose en vedette du 1er-Mai

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les syndicats en ordre dispersé pour le traditionnel défilé du 1er-Mai

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Paris, la Fête du travail prend des airs de rassemblement anti-Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)