Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 02/05/2014

Irak : Halabja, sur les traces d'un massacre

© FRANCE 24

Il y a 25 ans, Saddam Hussein a orchestré l’un des plus grands massacres du XXe siècle. Pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), le régime de Bagdad accuse les Kurdes de trahison et de collaboration avec l’armée iranienne. En représailles, le 16 mars 1988, la ville d'Halabja, au Kurdistan irakien, est bombardée à l’arme chimique. En quelques heures, 5 000 personnes sont tuées. Aujourd’hui, les séquelles de ce massacre sont encore prégnantes. Nos reporters se sont rendues sur place.

L'opération Anfal menée sous l’ordre d'Ali Hassan al-Majid (surnommé "Ali le Chimique"), le cousin de Saddam Hussein, a détruit la ville d'Halabja et anéanti une grande partie de sa population. Le 16 mars 1988 à partir de 10 h 45, les chasseurs-bombardiers Mig et Mirage de l'armée irakienne survolent la zone pendant cinq heures et larguent des bombes chimiques contenant un mélange de gaz moutarde et de neurotoxiques Tabun, Sarin et VX. Un épais nuage blanc, puis jaune s'élève. Une odeur écœurante de pomme se répand. Les habitants, pris au piège, s'effondrent les uns après les autres. L’attaque chimique tue jusqu’à 5 000 personnes, en majorité des femmes et des enfants, et en blesse des milliers d’autres.

Un quart de siècle plus tard, qu'est devenue cette région attaquée à l'arme chimique ? Quelles sont les conséquences sur le long terme d'un tel massacre ? Comment vivent aujourd’hui les survivants et leurs descendants ? C'est avec ces questions en tête que nous nous sommes rendues à Halabja.

Nous avons découvert que tous les habitants de cette ville kurde, située à 250 kilomètres au nord-est de Bagdad, ont été touchés d'une façon ou d'une autre par le bombardement. Dans chaque maison, on garde des pommes en souvenir des disparus. Chacun a en mémoire des histoires plus tragiques les unes que les autres.

Nous avons rencontré des survivants de l'opération Anfal. Ils portent encore les stigmates du massacre. Cancers, problèmes respiratoires et dermatologiques sont le lot quotidien des habitants de la région. Nous avons aussi côtoyé des victimes indirectes, ces enfants nés avec des malformations, ou d’autres tombés malades après avoir découvert une fosse commune… Il y a enfin ces bombes qui n'ont pas explosées et que les agriculteurs retrouvent par hasard dans leurs champs…

"Génocide" ?

Aucun psychologue, aucun médecin spécialisé n'est pourtant présent dans la région. Les victimes se rendent en Iran, pays frontalier, pour consulter et s'endettent pour être soignés. Depuis plusieurs années, un centre spécialisé pour accueillir les victimes est en construction à Halabja.

Aujourd'hui, les Kurdes veulent faire reconnaître le massacre d'Halabja comme un "génocide". La communauté internationale, qui soutenait l'Irak contre l'Iran au moment des faits, a fermé les yeux. Seul le tribunal spécial irakien et la cour d'appel de La Haye ont avancé le terme de "génocide" en 2007.

Certaines entreprises occidentales sont par ailleurs accusées d’avoir fourni des armes non conventionnelles à Saddam Hussein. L’année dernière, le 10 juin 2013, vingt Kurdes d'Irak ont déposé au tribunal de grande instance de Paris une plainte contre X pour "complicité de crimes contre l'humanité" et "recel". Ils demandent une enquête sur le rôle de plusieurs personnes et sociétés françaises susceptibles d'avoir rendu possible ce massacre à l'arme chimique. Outre la condamnation d’éventuels complices, les victimes d'Halabja souhaitent que la justice les aide sur un plan médical et économique.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/09/2014 Organisation de l'État islamique

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

Nous vous proposons un document exceptionnel de 12 minutes, tourné dans la ville de Raqqa, bastion de l’organisation de l’État islamique, au nord de la Syrie. Cachée sous son...

En savoir plus

26/09/2014 Crimée

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En mars 2014, la Crimée votait massivement pour un rattachement à la Russie, lors d’un référendum jugé illégal par la communauté internationale. Si la majorité des habitants sont...

En savoir plus

19/09/2014 Terrorisme

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, six ressortissants algériens ont été arrêtés en Bosnie-Herzégovine. Accusés d’être des terroristes et de préparer de nouvelles...

En savoir plus

12/09/2014 Italie

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

L'indépendance ou le Royaume-Uni ? Le 18 septembre, les Écossais vont devoir choisir. L’union entre Anglais et Écossais remonte à plus de trois siècles, mais la rupture apparaît...

En savoir plus

06/09/2014 Kurdistan

Vidéo : aux côtés des combattants kurdes, en première ligne contre l’EI

Alors qu’une coalition internationale se profile pour "détruire" l’organisation de l’État islamique, France 24 a partagé le quotidien des réfugiés et des combattants kurdes, pour...

En savoir plus