Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Soudan du Sud : vers un face-à-face entre le président Kiir et le rebelle Machar

© AFP - John Kerry à son arrivée à l'aéroport de Juba

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/05/2014

Le secrétaire d’État américain John Kerry en visite surprise au Soudan du Sud a annoncé que le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar acceptaient de se parler en face-à-face pour tenter de mettre fin à la guerre civile.

Le secrétaire d'État américain John Kerry a annoncé vendredi 2 mai avoir obtenu l'accord du président du Soudan du Sud et du chef rebelle pour des pourparlers afin de faire cesser la guerre ravageant le pays depuis plus de quatre mois. Le président Kiir et son ancien vice-président devenu chef de la rébellion, Riek Machar, ont accepté pour la première fois de se rencontrer face-à-face pour des négociations en Éthiopie voisine, qui servira de médiatrice, selon des sources américaines.

>> À lire sur FRANCE 24 : Riek Machar, itinéraire d'un guérillero sud-soudanais

Salva Kiir "est prêt à se rendre prochainement à Addis Abeba, probablement en début de semaine prochaine, afin d'engager une discussion avec le Premier ministre (éthiopien) et, nous l'espérons, avec Riek Machar qui, auparavant a indiqué sa volonté au Premier ministre éthiopien", a précisé John Kerry.

C’est l’initiative diplomatique la plus forte depuis le début du conflit au Soudan du Sud, le 15 décembre dernier. Le secrétaire d'État américain John Kerry a effectué vendredi cette visite surprise dans le pays pour exiger un cessez-le-feu. Arrivé à Juba, le chef de la diplomatie américaine s'était directement rendu à une réunion avec le président Salva Kiir avant de s'entretenir par téléphone avec le chef de la rébellion Riek Machar.

La communauté internationale ne cesse de s'indigner - sans résultat - des atrocités (massacres ethniques, viols, recrutement par milliers d'enfants-soldats...) commises par les deux camps. Outre les rivalités politiques entre Salva Kiir, qui accuse de tentative de coup d'État Riek Machar, et ce dernier, qui dénonce un prétexte inventé par le président pour éliminer des rivaux politiques, se greffent de vieux antagonismes entre peuples dinka et nuer, dont sont respectivement issus les deux hommes.

Le Soudan du Sud au bord d’une gravissime famine

Mi-avril, plus de 200 personnes avaient été massacrées par les rebelles  alors qu'ils avaient repris aux forces gouvernementales la ville pétrolifère de Bentiu, dans le Nord. À la même époque, une foule furieuse soutenant le gouvernement avait ouvert le feu sur un camp de l'ONU abritant quelque 5 000 civils, en tuant une cinquantaine et en blessant plus de 100 à Bor, dans l'Est.

Les organisations humanitaires ont prévenu que le Soudan du Sud était au bord de la pire famine que l'Afrique ait connue depuis les années 1980. Le 30 avril, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a dressé un tableau tout aussi sombre, "atterrée" par l'indifférence des chefs des deux camps au sort de leur population.

"Le mélange mortel de griefs mutuels, d'appels à la haine et de tueries de représailles (...) semble prêt à entrer en ébullition et (...) ni les dirigeants sud-soudanais, ni la communauté internationale ne semblent réaliser à quel point la situation est désormais dangereuse", a-t-elle déclaré à Juba.

Les États-Unis - principal artisan de l'accession du Soudan du Sud à l'indépendance en 2011, après plus de deux décennies (1983-2005) de sanglante guerre civile contre Khartoum - ont été à plusieurs reprises appelés à intervenir dans ce conflit. Ils ont depuis versé des milliards de dollars d'aide au pays.

Avec AFP

Première publication : 02/05/2014

  • SOUDAN DU SUD

    Prise de Bentiu au Soudan du Sud : un massacre ethnique selon l’ONU

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • EXCLUSIF

    Soudan du Sud : "Salva Kiir doit quitter le pouvoir", réaffirme le rebelle Riek Machar

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)