Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Alstom: Le Roux refuse de "clouer au pilori" General Electric

AFP

Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, à Paris le 23 avril 2014Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, à Paris le 23 avril 2014

Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, à Paris le 23 avril 2014Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, à Paris le 23 avril 2014

Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, a refusé dimanche de "clouer au pilori" l'américain General Electric, qui est en passe de l'emporter face à l'allemand Siemens pour reprendre les activités énergie d'Alstom.

"Je ne veux pas être aujourd'hui dans la situation de choisir", a-t-il dit lors de l'émission BFM/Politique (BFMTV/Le Point/RMC). "De la même façon que j'ai dit à mes amis, dès le premier jour : gardons-nous de tout emballement sur une solution qui apparaîtrait comme la meilleure solution parce qu'elle ferait appel en fin de compte à ce que nous avons dans nos tripes, beaucoup d'Europe, un petit peu d'anti-américanisme..."

"J'avais en tête que General Electric n'est pas une entreprise que l'on peut clouer facilement au pilori. En tout cas, c'est une entreprise qui vit dans notre pays, qui connaît des réussites industrielles, qui a bâti avec d'autres entreprises des éléments dont nous pouvons être très fiers au niveau international, je pense à Safran par exemple sur les moteurs", a poursuivi le député de Seine-Saint-Denis.

"La bonne solution, pour moi, c'est celle qui permettra de développer l'emploi et les sites industriels dans notre pays", a-t-il dit.

"Et pourquoi je dis +développer+ ? D'autres disaient au départ +il faut maintenir+, eh ben non ! Si la réalité c'est qu'il va y avoir une entreprise plus forte après ce mécanisme de partenariat, de fusion - je ne sais pas encore exactement ce qui sera choisi -, cela veut dire qu'en France, si on est plus fort, si on gagne plus de marchés, on peut avoir plus d'emplois", a-t-il conclu.

Première publication : 04/05/2014