Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

À Mossoul, au plus près des combats, avec les snipers des Forces spéciales irakiennes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mais pourquoi est-il si méchant?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La vie en CDD"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement met-il la pression sur les médias français ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Réforme du Code du travail : une solution pour résorber le chômage ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Réforme du Code du travail : une solution pour résorber le chômage ? (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : Rosie, le robot anti-corruption

En savoir plus

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

EUROPE

Observateurs de l’OSCE libérés : "Les premières heures ont été les pires"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2014

Après avoir été libérés par les rebelles pro-russes, plusieurs inspecteurs de l’OSCE ont raconté leurs huit jours de détention à Sloviansk. Si certains indiquent ne pas avoir été maltraités, d’autres avouent s’être sentis en danger.

Les inspecteurs de l’OSCE, libérés samedi 3 mai par des rebelles séparatistes pro-russes à Sloviansk, dans l’est de l’Ukraine, sont revenus sur leurs huit jours de détention. "On ne nous a pas maltraités, tout s'est bien passé", a déclaré, samedi à Kiev, le colonel d'état-major ukrainien, Igor Tourovski.

"On nous donnait à manger et à boire, on nous laissait dormir", a-t-il poursuivi, ajoutant que les quatre militaires ukrainiens, retenus et libérés en même temps que les Européens, étaient traités de la même manière.

Le lieutenant-colonel tchèque Josef Prerovsky, lui aussi otage, a pour sa part évoqué à la télévision des conditions de détention difficiles. "Nous avons passé les deux premiers jours dans une cave, sans cesse surveillés et accompagnés même aux toilettes", a-t-il déclaré depuis Donetsk. Les "huit premières heures ont été les pires", a-t-il poursuivi, expliquant qu'ils avaient alors les mains ligotées et les yeux bandés.

"À trois reprises le danger était réel"

Un autre inspecteur, le major polonais Krzysztof Kobielski, a lui aussi fait part de son expérience. "Difficile de dire à quel moment la menace a été la plus grande, mais à trois reprises le danger était réel", a-t-il déclaré à des journalistes à Donetsk, selon des propos repris par Lemonde.fr.

"Imaginez-vous qu'hier soir nous étions encore au milieu des échanges de coups de feu [et ce soir] nous avons revu nos familles, nous n'aurions jamais cru cela possible", a déclaré, visiblement ému, le colonel allemand Axel Schneider, chef de la mission de l'Organisation de sécurité et de coopération européenne.

Les sept membres de la mission ont atterri samedi soir à Berlin dans un avion allemand, qui avait auparavant déposé à Kiev leurs quatre accompagnateurs ukrainiens.

Cette libération a été saluée par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et par le secrétaire d'État américain John Kerry. Ce dernier a cependant appelé à "d'autres avancées pour pouvoir faire baisser la tension" dans le pays.

Les observateurs sont restés huit jours prisonniers des rebelles séparatistes pro-russes de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, qui les ont présentés tour à tour comme des "prisonniers de guerre" et des "invités" tout en rejetant le terme d'"otages".

Avec AFP

Première publication : 04/05/2014

  • UKRAINE

    Les observateurs de l’OSCE libérés, l'Ukraine s'enfonce dans la violence

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les combats entre l'armée et les séparatistes font rage à Kramatorsk

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Vidéo : la défaite et l'humiliation des autorités de Kiev à Donetsk

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)