Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

EUROPE

Observateurs de l’OSCE libérés : "Les premières heures ont été les pires"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2014

Après avoir été libérés par les rebelles pro-russes, plusieurs inspecteurs de l’OSCE ont raconté leurs huit jours de détention à Sloviansk. Si certains indiquent ne pas avoir été maltraités, d’autres avouent s’être sentis en danger.

Les inspecteurs de l’OSCE, libérés samedi 3 mai par des rebelles séparatistes pro-russes à Sloviansk, dans l’est de l’Ukraine, sont revenus sur leurs huit jours de détention. "On ne nous a pas maltraités, tout s'est bien passé", a déclaré, samedi à Kiev, le colonel d'état-major ukrainien, Igor Tourovski.

"On nous donnait à manger et à boire, on nous laissait dormir", a-t-il poursuivi, ajoutant que les quatre militaires ukrainiens, retenus et libérés en même temps que les Européens, étaient traités de la même manière.

Le lieutenant-colonel tchèque Josef Prerovsky, lui aussi otage, a pour sa part évoqué à la télévision des conditions de détention difficiles. "Nous avons passé les deux premiers jours dans une cave, sans cesse surveillés et accompagnés même aux toilettes", a-t-il déclaré depuis Donetsk. Les "huit premières heures ont été les pires", a-t-il poursuivi, expliquant qu'ils avaient alors les mains ligotées et les yeux bandés.

"À trois reprises le danger était réel"

Un autre inspecteur, le major polonais Krzysztof Kobielski, a lui aussi fait part de son expérience. "Difficile de dire à quel moment la menace a été la plus grande, mais à trois reprises le danger était réel", a-t-il déclaré à des journalistes à Donetsk, selon des propos repris par Lemonde.fr.

"Imaginez-vous qu'hier soir nous étions encore au milieu des échanges de coups de feu [et ce soir] nous avons revu nos familles, nous n'aurions jamais cru cela possible", a déclaré, visiblement ému, le colonel allemand Axel Schneider, chef de la mission de l'Organisation de sécurité et de coopération européenne.

Les sept membres de la mission ont atterri samedi soir à Berlin dans un avion allemand, qui avait auparavant déposé à Kiev leurs quatre accompagnateurs ukrainiens.

Cette libération a été saluée par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et par le secrétaire d'État américain John Kerry. Ce dernier a cependant appelé à "d'autres avancées pour pouvoir faire baisser la tension" dans le pays.

Les observateurs sont restés huit jours prisonniers des rebelles séparatistes pro-russes de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, qui les ont présentés tour à tour comme des "prisonniers de guerre" et des "invités" tout en rejetant le terme d'"otages".

Avec AFP

Première publication : 04/05/2014

  • UKRAINE

    Les observateurs de l’OSCE libérés, l'Ukraine s'enfonce dans la violence

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les combats entre l'armée et les séparatistes font rage à Kramatorsk

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Vidéo : la défaite et l'humiliation des autorités de Kiev à Donetsk

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)