Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

EUROPE

Observateurs de l’OSCE libérés : "Les premières heures ont été les pires"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2014

Après avoir été libérés par les rebelles pro-russes, plusieurs inspecteurs de l’OSCE ont raconté leurs huit jours de détention à Sloviansk. Si certains indiquent ne pas avoir été maltraités, d’autres avouent s’être sentis en danger.

Les inspecteurs de l’OSCE, libérés samedi 3 mai par des rebelles séparatistes pro-russes à Sloviansk, dans l’est de l’Ukraine, sont revenus sur leurs huit jours de détention. "On ne nous a pas maltraités, tout s'est bien passé", a déclaré, samedi à Kiev, le colonel d'état-major ukrainien, Igor Tourovski.

"On nous donnait à manger et à boire, on nous laissait dormir", a-t-il poursuivi, ajoutant que les quatre militaires ukrainiens, retenus et libérés en même temps que les Européens, étaient traités de la même manière.

Le lieutenant-colonel tchèque Josef Prerovsky, lui aussi otage, a pour sa part évoqué à la télévision des conditions de détention difficiles. "Nous avons passé les deux premiers jours dans une cave, sans cesse surveillés et accompagnés même aux toilettes", a-t-il déclaré depuis Donetsk. Les "huit premières heures ont été les pires", a-t-il poursuivi, expliquant qu'ils avaient alors les mains ligotées et les yeux bandés.

"À trois reprises le danger était réel"

Un autre inspecteur, le major polonais Krzysztof Kobielski, a lui aussi fait part de son expérience. "Difficile de dire à quel moment la menace a été la plus grande, mais à trois reprises le danger était réel", a-t-il déclaré à des journalistes à Donetsk, selon des propos repris par Lemonde.fr.

"Imaginez-vous qu'hier soir nous étions encore au milieu des échanges de coups de feu [et ce soir] nous avons revu nos familles, nous n'aurions jamais cru cela possible", a déclaré, visiblement ému, le colonel allemand Axel Schneider, chef de la mission de l'Organisation de sécurité et de coopération européenne.

Les sept membres de la mission ont atterri samedi soir à Berlin dans un avion allemand, qui avait auparavant déposé à Kiev leurs quatre accompagnateurs ukrainiens.

Cette libération a été saluée par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et par le secrétaire d'État américain John Kerry. Ce dernier a cependant appelé à "d'autres avancées pour pouvoir faire baisser la tension" dans le pays.

Les observateurs sont restés huit jours prisonniers des rebelles séparatistes pro-russes de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine, qui les ont présentés tour à tour comme des "prisonniers de guerre" et des "invités" tout en rejetant le terme d'"otages".

Avec AFP

Première publication : 04/05/2014

  • UKRAINE

    Les observateurs de l’OSCE libérés, l'Ukraine s'enfonce dans la violence

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les combats entre l'armée et les séparatistes font rage à Kramatorsk

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Vidéo : la défaite et l'humiliation des autorités de Kiev à Donetsk

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)