Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donestk

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

Amériques

Varela, un président de droite avec une politique de gauche au Panama ?

© AFP | Juan Carlos Varela avec ses partisans après l'annonce de sa victoire dimanche soir

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/05/2014

Juan Carlos Varela a été élu président du Panama, dimanche, avec 39 % des voix. Ce conservateur, vice-président et ancien ministre des Affaires étrangères, a promis de mieux répartir les fruits de la forte croissance que connaît le pays.

Les sondages le donnait troisième, il a finalement remporté l’élection présidentielle au Panama. Le conservateur Juan Carlos Varela, jusque-là vice-président, a été élu avec 39 % des voix, dimanche 4 mai, selon les premiers résultats de ce scrutin à un tour.

Catholique fervent, cet homme d’affaire de 50 ans était entré en dissidence après des désaccords avec son prédécesseur, Ricardo Martinelli, lui aussi conservateur et dont il avait été le ministre des Affaires étrangères entre 2009 et 2011.
 
Comme ses deux rivaux José Domingo Arias et Juan Carlos Navarro, Juan Carlos Varela avait fait de la réduction des inégalités et de la lutte contre l’inflation (4 % en 2013) ses principaux thèmes de campagnes. Dans ce pays de 3,8 millions d’habitants, la croissance, qui dépasse les 8 %, a laissé une partie des Panaméens sur la touche : plus de 25 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.
 
La "Dubaï des Amériques"
 
Si le quartier chic de Punta Pacifica, conglomérat de gratte-ciel en bord de mer, témoigne du boom immobilier qui fait du pays le "Dubaï des Amériques", cette prospérité affichée contraste avec les bidonvilles tout proches : leurs habitants n’ont pas l’eau courante et ne peuvent accéder à l'éducation, à la santé ou aux transports.
 
"La croissance économique n'a profité qu'à l'élite. Les millionnaires sont toujours plus millionnaires, mais au détriment de ceux d'en bas", estime Jaime Porcell, expert en analyses électorales interrogé par l’AFP.
 
Juan Carlos Varela s’est également engagé à combattre la corruption qui gangrène l’économie panaméenne, à réduire la dette publique, passée de 10,8 à 17 milliards de dollars sous la présidence de Martinelli, et à maintenir l’alignement du Panama sur Washington. 
 
Pas de changement de cap attendu
 
Certains commentateurs soulignent l’héritage familial de Juan Carlos Varela pour évoquer un "virage à gauche" : plusieurs membres de la famille du nouveau président ont été des  proches collaborateurs d’Arnulfo Arias, trois fois président dans les années 1940 à 1960, qui a notamment mis en place un système de sécurité sociale et accordé le droit de vote aux femmes. Mais la plupart des analystes estiment qu’il ne faut pas pour autant s’attendre à un changement de cap dans la politique du pays. Les trois candidats avaient des programmes similaires et la campagne s’est concentrée sur leurs personnalités plus que sur leurs propositions.
 
La marge de manœuvre du nouveau président semble de toute façon réduite : depuis la rétrocession du canal par les États-Unis, en 1999, l’économie du Panama est largement dépendante des activités liées au trafic maritime. Les travaux d'élargissement du canal, lancés en 2006, ont pris du retard en raison de grèves et d'un conflit entre l'Autorité du canal et le consortium d'entreprises internationales chargées des travaux. L'inauguration de la nouvelle voie est désormais prévue pour début 2016, alors qu’elle devait initialement avoir lieu en 2014, à l'occasion du centenaire du canal.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 05/05/2014

  • DIPLOMATIE

    Le Venezuela rompt ses relations diplomatiques avec le Panama

    En savoir plus

  • PANAMA

    Un litige menace d’interrompre le chantier du canal du Panama

    En savoir plus

  • ITALIE

    Un ancien chef de la CIA à Milan arrêté à Panama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)