Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Qui peut arrêter Donald Trump ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi, accusé de recruter des mercenaires, candidat à la présidentielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un homme à la hauteur", le nain Dujardin

En savoir plus

FOCUS

Chute des prix du pétrole : les pays du Golfe face à une austérité jamais connue

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Moqtada al-Sadr, l'agitateur

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi Travail : la bataille s'engage au Parlement (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Isabelle Kocher, seule dirigeante du CAC 40

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amicalement vôtre"

En savoir plus

Moyen-Orient

Les rebelles quitteront Homs sous 48 heures en concertation avec le régime

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/05/2014

Un accord inédit prévoyant le retrait des rebelles de la vieille ville de Homs, assiégée depuis deux ans, a été conclu entre le régime syrien et les rebelles. Son application débutera dans les prochaines 48 heures.

Pour la première fois après deux ans de siège, les armes pourraient se taire à Homs. Un accord inédit, appelé "l'iniative" par le régime de Bachar al-Assad, conclu avec la rebellion, prévoit le retrait des rebelles de la "capitale de la révolution". Son application devrait débuter, au plus tard, dans deux jours.

"Nous allons commencer l'application de l'initiative dans les prochaines 48 heures en fonction des développements sur le terrain. J'espère que les choses se dérouleront bien dans ce cas l'initiative sera achevée en peu de temps", a affirmé lundi à l'AFP le gouverneur de la province Talal al-Barazi.

L'accord concerne 2 250 personnes, combattants, civils et les blessés, selon les rebelles. "Nous nous sommes mis d'accord pour qu'ils se dirigerent vers Talbissé et Dar al-Kabira et ce point est réglé", a ajouté le gouverneur en faisant mention de deux des derniers fiefs rebelles, situés à environ 20 km au nord de Homs.

Des problèmes logistiques demeurent cependant pour cette "initiative". "L'itinéraire approprié, le choix des personnes au départ et à l'arrivée pour assurer la sécurité du convoi, les points de sécurité sur la route et le démantèlement des mines posées par les rebelles dans la Vieille ville", a précisé Talal al-Barazi. "Si c'est un succès, nous pourrons continuer avec Waer [un quartier rebelle à l’entrée de Homs où vivent des centaines de milliers d'habitants, notamment des déplacés, NDLR] et d'autres localités".

L'Iran et l'ONU garants ?

Selon une version du texte obtenue, dimanche 4 mai, par l'AFP auprès d'une source de l'opposition, les insurgés pourront quitter le centre de Homs avec leur famille, en conservant leur arme individuelle. Ils pourront aussi emporter leurs affaires personnelles dans des valises et seront transportés vers le nord de la province dans des bus aux vitres teintées, escortés par des policiers.

"Un représentant de l'ONU et un autre de l'ambassade d'Iran seront présents comme garants dans chaque bus", précise le texte, alors que les négociations auraient été menées en présence d’un ambassadeur iranien. "Les blessés, s'ils sont d'accord, seront transportés dans des ambulances du Croissant rouge syrien. Les combattants devront remettre avant de partir la carte des mines qu'ils ont posées", ajoute l'accord.

Saluant la "résistance légendaire durant plus de deux ans" des rebelles de Homs, l'opposition s'est pour sa part félicitée de l'accord et a appelé l'ONU à "s'assurer que le régime (le) respecte (...) et garantisse la sécurité des civils".

Avec AFP

Première publication : 05/05/2014

  • SYRIE

    Les rebelles syriens négocient avec Damas leur retrait de Homs

    En savoir plus

  • Sur le Net

    Bataille de tweets avant l’élection présidentielle syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas accepte une enquête sur les allegations d'attaques au chlore

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)