Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

De la Macédoine à la Hongrie : le périple des migrants vers l’Europe occidentale

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les milles et une vies d’Eric-Emmanuel Schmitt

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Faut-il revenir sur les 35 heures en France ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Refugees Welcome" : des citoyens s'organisent pour aider les réfugiés

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le ralentissement de l'activité s'accentue en Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À votre bon cœur ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots justes d'Angela Merkel"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Vietnam s'oppose à un projet chinois de forage en mer

© AFP archives

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/05/2014

Le Vietnam s'est élevé lundi contre un projet chinois de forage en eau profonde en mer de Chine méridionale, estimant qu’il empiétait sur sa zone économique exclusive. Pékin a réagi en interdisant toute navigation à proximité du site.

Le gouvernement vietnamien s'est élevé, lundi 5 mai, contre un projet chinois de forage, considéré comme une intrusion, en eau profonde en mer de Chine méridionale. "Toutes les activités de pays étrangers dans les eaux territoriales du Vietnam sans permission du Vietnam sont illégales et le Vietnam s'y oppose résolument", a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Le projet Haiyang Shiyou 981, dont le coût est estimé à un milliard de dollars, est mené par la compagnie pétrolière chinoise CNOOC. Ce projet devrait se situer au sud de Hong Kong, dans un secteur dont la Chine et le Vietnam se disputent la possession. Le Vietnam soutient notamment que le secteur fait partie de sa zone économique exclusive.

L'Agence chinoise de sécurité maritime (MSAC), qui avait annoncé samedi 3 mai que toute navigation était interdite dans un rayon d'un mille nautique autour du site, a réagi lundi à la mise en garde vietnamienne en élargissant le périmètre d'interdiction, qui couvre désormais un rayon de trois milles.

Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, carrefour de routes maritimes vitales pour le commerce mondial, et réserve potentielle de pétrole, de gaz et d'importantes ressources halieutiques. Outre le Vietnam, les Philippines, Taïwan, la Malaisie et Bruneï ont également des différends territoriaux maritimes avec Pékin.

Avec Reuters

 

Première publication : 05/05/2014

  • CHINE - JAPON

    Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • CHINE

    Pékin s'autoproclame roi du commerce mondial devant les États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)