Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Asie - pacifique

La Première ministre thaïlandaise comparaît pour abus de pouvoir

© AFP / Yingluck Shinawatra à son arrivée à la Cour Constitutionnelle mardi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/05/2014

Yingluck Shinawatra, la Première ministre thaïlandaise, est accusée d’abus de pouvoir dans une procédure qui peut mener à sa destitution. Elle clame son innocence.

Face aux juges de la Cour constitutionnelle, Yingluck Shinawatra a affirmé, mardi 6 mai, qu’elle n’avait rien à se reprocher. La Première ministre est accusée de s'être débarrassée d'un haut fonctionnaire au bénéfice de son parti. "Je nie les accusations. Je n'ai violé aucune loi", a martelé la chef du gouvernement.

Lors de l'arrivée au pouvoir de Yingluck Shinawatra en 2011, Thawil Pliensri, alors patron du Conseil de sécurité nationale, avait perdu son poste. Il a depuis réintégré ses fonctions sur ordre du tribunal administratif.

Un groupe de sénateurs, avait alors déposé un recours devant la Cour constitutionnelle, assurant que son éviction avait profité au Puea Thai, le parti du clan Shinawatra, au pouvoir.

La Cour a annoncé mardi qu'elle prendrait une décision éclair, dans les 24 heures.

"En Thaïlande, toutes les institutions, même les plus hautes, comme la Cour constitutionnelle, sont très politisées et en général défavorables au camp Shinawatra", commente Cyril Payen, le correspondant de France 24 à Bangkok. "Elles sont plutôt favorables aux gens qui sont dans la rue en ce moment, c’est-à-dire l’establishment, les chemises jaunes. Donc on peut s’attendre à un avis défavorable pour Yingluck Shinawatra, [...] qui verrait immédiatement la révocation de la Première ministre."

Institutions politisées

Depuis six mois, la Thaïlande est secouée par une crise politique marquée par de grandes manifestations, qui ont poussé des dizaines voire des centaines de milliers de personnes dans les rues, pour demander le départ du gouvernement Shinawatra, ou le soutenir.

Les élections législatives de février ont été perturbées par ces manifestations, et finalement invalidées par la Cour constitutionnelle il y a quelques jours. Et le gouvernement, fragilisé, ne peut qu'expédier les affaires courantes depuis la dissolution du Parlement en décembre.

Une deuxième procédure judiciaire est par ailleurs susceptible de chasser Yingluck Shinawatra du pouvoir : la Première ministre est accusée par la commission anti-corruption de négligence dans le cadre d'un programme controversé d'aide aux riziculteurs.

Les partisans de la chef du gouvernement et de son frère, l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, s’attendent à des décisions de justice pour ces deux procédures dans les prochains jours, et se préparent donc à de nouvelles manifestations.

Renversé par un coup d’Etat en 2006, Thaksin Shinawatra vit aujourd’hui en exil. Ses opposants l’accusent d’avoir mis en place un système de corruption généralisé et d’utiliser sa sœur comme une marionnette.

Pour tenter de sortir de cette crise qui a déjà fait 25 morts et des centaines de blessés dans les affrontements entre manifestants des deux camps ou avec la police, de nouvelles législatives ont été programmées pour le 20 juillet.

Avec AFP
 

Première publication : 06/05/2014

  • THAÏLANDE

    Thaïlande : l’armée appelle au calme, la Première ministre déserte Bangkok

    En savoir plus

  • CRISE POLITIQUE

    La Thaïlande secouée par de violents heurts à la veille des législatives

    En savoir plus

  • TOURISME

    La Thaïlande connaît une crise politique mais pas touristique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)