Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Asie - pacifique

La Première ministre thaïlandaise destituée pour abus de pouvoir

© AFP | Yingluck Shinawatra à son arrivée à la Cour Constitutionnelle mardi

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/05/2014

La Cour constitutionnelle a jugé mercredi que la Première ministre Yingluck Shinawatra devait démissionner. Contestée depuis des mois, la chef du gouvernement comparaissait pour abus de pouvoir.

C'est un jugement qui sonne le glas du mandat de Yingluck Shinawatra. La Première ministre thaïlandaise a été destituée mercredi 7 mai par la Cour constitutionnelle, qui l'a reconnue coupable d'abus de pouvoir. Dans la foulée de ce jugement, le ministre du Commerce, Niwatthamrong Bunsongphaisan, a été nommé pour la remplacer.

"Yingluck ne peut plus rester à son poste de Premier ministre", a ainsi déclaré un juge de la Cour lors de la lecture de la décision, retransmise à la télévision. "Les juges ont décidé à l'unanimité que Yingluck avait abusé de son statut de Premier ministre", a ajouté le juge.

Plusieurs des ministres du gouvernement de Yingluck sont également concernés par cette décision de la Cour, qui n'a pas précisé leurs noms.

L'affaire à l'origine de cette destitution concerne l'éviction du patron du Conseil de sécurité nationale, Thawil Pliensri, après l'arrivée au pouvoir de Yingluck en 2011. Celui-ci a réintégré depuis ses fonctions sur ordre du tribunal administratif.

Se basant sur cette décision, un groupe de sénateurs, assurant que le transfert initial avait été fait au bénéfice du parti Puea Thai au pouvoir, avait déposé un recours devant la Cour constitutionnelle.

Cette décision ouvre une nouvelle page d'incertitude, en l'absence de Parlement, dissous en décembre 2013. Les opposants à Yingluck, qui réclament sa chute depuis six mois, espèrent pouvoir faire appel au Sénat pour nommer un nouveau Premier ministre.

Le mouvement pro-gouvernement des chemises rouges a, de son côté, promis de redescendre dans la rue en cas de nouveau "coup d'État judiciaire", faisant craindre de nouvelles violences.

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 07/05/2014

  • THAÏLANDE

    Thaïlande : l’armée appelle au calme, la Première ministre déserte Bangkok

    En savoir plus

  • CRISE POLITIQUE

    La Thaïlande secouée par de violents heurts à la veille des législatives

    En savoir plus

  • TOURISME

    La Thaïlande connaît une crise politique mais pas touristique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)