Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Retour chahuté du général Mokoko, candidat à la présidentielle, à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Le Maroc épargné par les terroristes mais délaissé par les touristes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

"Brexit" : être ou ne pas être dans l'UE

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Claude Lelouch : "Je travaille avec un grand scénariste qui s’appelle la vie"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei chute brutalement, pénalisé par un yen fort

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Syrie: agissons"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Agriculture: l'Europe, bouc émissaire ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cahuzac : le "paria" devant la justice

En savoir plus

Afrique

Carte : la France réorganise ses forces militaires au Sahel

© AFP - Un soldat de Serval au Mali

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/05/2014

Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a indiqué, jeudi 8 mai, que la France allait "réorganiser" son dispositif militaire autour de quatre pôles dans la région du Sahel afin de mieux lutter contre les "groupes djihadistes".

Bientôt les opérations Serval [au Mali], Épervier [au Tchad] ou Sabre [au Burkina-Faso] n’existeront plus. Ou plutôt, elles feront partie d’une nouvelle configuration militaire française mise en place dans le Sahel pour lutter contre le terrorisme à l’échelle régionale. Ainsi en a décidé le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

"Nous sommes en train de nous réorganiser pour avoir une conception régionale du contre-terrorisme (...) Sur le Mali maintenant, les forces des Nations unies sont là, l'armée malienne se reconstitue (...) et notre rôle à nous c'est de poursuivre le contre-terrorisme, non seulement au Nord-Mali, mais aussi au Nord-Niger, et nous sommes en train de réorganiser notre dispositif pour que 3 000 militaires français soient dans cette lutte contre le terrorisme", a expliqué Jean-Yves Le Drian ce jeudi 8 mai.

Concrètement, ce nouveau contingent militaire des forces françaises se déploie autour de quatre pôle principaux : N’Djamena (Tchad), Niamey (Niger), Gao (Mali) et Ouagadougou (Burkina Faso). Le commandement en chef sera installé dans la capitale tchadienne – où les effectifs militaires devraient passer de 950 à 1200 hommes. Niamey abritera le pôle de renseignement et les deux nouveaux drones Reaper achetés aux États-Unis. Ouagadougou sera la base arrière des forces spéciales – soldats d’élite qui opèrent déjà dans toute la zone – tandis qu’à Gao, un important contingent de 1 000 soldats français devrait être concentré, accompagné d’un détachement d’hélicoptères.

À ces quatre bases principales s’ajoutent également deux bases d’appui : Tessalit, dans le nord du Mali et Faya-Largeau, dans le nord du Tchad. Deux "zones d'interception de groupes terroristes" selon "L'Opinion", "qui auraient "vocation à accueillir des petits détachements et à abriter des stocks de carburant et de munitions", a indiqué de son côté "L’Express".

Première publication : 08/05/2014

  • MALI

    Un soldat français tué dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Reportage : le timide retour des réfugiés au Nord-Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)