Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

Moyen-Orient

Israël dément toute activité d'espionnage aux États-Unis

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 08/05/2014

L'État hébreu, accusé par l'hebdomadaire américain "Newsweek" de se livrer, "plus qu'aucun autre allié", à un espionnage à grande échelle aux États-Unis, a fermement démenti toute activité de ce type sur le sol américain.

Israël respecte à la lettre son engagement à ne pas se livrer à des activités d'espionnage aux États-Unis". C’est en ces termes que le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a répliqué, mercredi 7 mai, à l’article publié la veille par le magazine "Newsweek" accusant l’État hébreu de se livrer à d’intenses activités d'espionnage chez son allié américain. Des révélations qui ont choqué aux États-Unis, un pays qui, pourtant, ne s’est pas privé d’écouter ses plus fidèles alliés à haut niveau, comme l’avait révélé le scandale de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA).

L’hebdomadaire affirme tirer ces informations de compte-rendus de réunions confidentielles que des agents du contrespionnage américain ont révélé sur l’ampleur des activités israéliennes à des membres des Commissions des affaires judiciaires et des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants. Des réunions qui portaient sur une législation qui assouplirait les restrictions de visa pour les citoyens israéliens.

Israël  a "dépassé les limites"

Selon des responsables présents lors de ces réunions, et cités sous le sceau de l’anonymat par l'hebdomadaire, Israël cherche surtout à se procurer des secrets industriels et techniques américains. "Aucun autre pays proche des États-Unis ne dépasse à ce point les limites dans ses activités d'espionnage comme le fait Israël", a notamment protesté un ancien assistant d’un membre du Congrès, qui a participé à une réunion confidentielle fin 2013.

L’assistant d’un autre parlementaire, qui a assisté à une réunion d'information en janvier, a qualifié le récit d’un témoin de "très consternant... alarmant... voire terrifiant". Un de ses collègues a lui estimé que le comportement de l’allié israélien était "préjudiciable".

Selon lui, les services de renseignement américains ont évoqué sans plus de précisions "de l'espionnage industriel - des personnes qui viennent aux États-Unis pour des missions commerciales, ou avec des sociétés israéliennes qui travaillent avec des sociétés américaines, ou des agents des services secrets sous les ordres du gouvernement [israélien, NDLR], c'est-à-dire, je pense, de l'ambassade [d'Israël, NDLR]".

"Campagne de calomnie"

Ce déballage public a donc poussé l’État hébreu à réagir au plus haut niveau diplomatique, tant cette question est sensible entre les deux alliés. Notamment depuis l’affaire Jonathan Pollard, un ancien expert de la marine américaine condamné en 1987 à la prison à perpétuité pour espionnage au profit d'Israël.

"Il s'agit d'une campagne de calomnie, pernicieuse, totalement mensongère, et à 100 % d'une invention ", a déclaré le chef de la diplomatie de l'État hébreu, interrogé par la radio militaire israélienne.

De son côté, le ministre israélien chargé du Renseignement, Youval Steinitz, a qualifié les accusations relayées par "Newsweek" d'"irresponsables", et reposant sur "aucun fondement".

"Israël a décidé depuis 30 ans de ne pas faire d'espionnage aux États-Unis", a déclaré le ministre à la radio publique en référence à l’affaire Pollard. "Je n'ai reçu que des louanges sur la coopération entre les services de renseignements américains et israéliens durant mes entretiens ces derniers mois au Congrès ou avec les responsables des différents services de sécurité américains", a-t-il précisé.

Cette fuite dans la presse semble liée à la demande d'exemption de visas présentée par l’État hébreu pour les touristes et visiteurs israéliens souhaitant se rendre aux États-Unis. La presse israélienne rapporte que les services de sécurité américains redouteraient que la suppression des visas favorise l'implantation d'espions israéliens sur leur territoire. D’où les réserves de l’administration Obama d’accélérer l’adoption d’une telle législation. Et visiblement certains, à l’origine des fuites, cherchent à enterrer définitivement cette mesure.

Première publication : 08/05/2014

COMMENTAIRE(S)