Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Rencontre Macron-Trump aux États-Unis : entre complicité et désaccords

En savoir plus

Afrique

Un soldat français tué dans le nord du Mali

© AFP | Soldats français à Tessalit, le 15 mars 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/05/2014

Un militaire français du 2e régiment étranger parachutiste a été tué lors d'une opération dans la région de Tessalit, au Mali, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Un sous-officier français du 2e régiment étranger de parachutistes (REP) de Calvi a été tué lors d'une opération au Mal dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 mai, a annoncé l'Élysée dans un communiqué, jeudi matin. L'incident s'est produit dans la région de Tessalit, au nord du pays.

"Le sergent-chef [...] a été tué à 1 heure du matin par un engin explosif improvisé [...]. Le véhicule a explosé", a expliqué sur BFM-TV le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. "Il est mort pour la liberté du Mali, la sécurité du Mali mais aussi la liberté et la sécurité de la France et de l'Europe, parce que ce qui se joue au Mali c'est aussi la sécurité de la France. C'est la raison pour laquelle nous sommes là-bas", a ajouté le ministre.

"Serval est en train de se terminer dans sa phase de guerre frontale contre les groupes djihadistes", a déclaré Jean-Yves Le Drian. "Nous sommes en train de nous réorganiser pour avoir une conception régionale du contre-terrorisme", a expliqué le ministre, précisant que 1 000 soldats français allaient être concentrés près de Gao et 3 000 autres sur la "bande sahélo-saharienne". Le nord du Mali est, selon lui, "une zone de danger, de trafics en tout genre et là, nous resterons le temps qu'il faudra, il n'y a pas de date limite".

"La guerre frontale contre les groupes djihadistes est terminée"

Le Président de la République, François Hollande, a exprimé sa "profonde tristesse", saluant le "sacrifice de ce légionnaire français". Il a rappelé sa "totale confiance" aux forces françaises engagées dans la lutte "contre les groupes armés terroristes" qui "tentent de soumettre les populations à leur idéologie destructrice en les privant de leur droit à la sécurité et au développement".

Avec AFP

Première publication : 08/05/2014

  • MALI

    Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • MALI

    Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • MALI

    Reportage : le timide retour des réfugiés au Nord-Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)