Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

EUROPE

Poutine participera aux commémorations du Débarquement en Normandie

© AFP

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/05/2014

Invité officiellement par François Hollande, Vladimir Poutine participera bien aux commémorations du 70e anniversaire du débarquement en Normandie le 6 juin prochain.

Malgré les différends entre Paris et Moscou sur l’Ukraine, Vladimir Poutine sera le bienvenu en France le 6 juin prochain. Après les déclarations d’apaisement prononcées par le président russe le 7 mai, François Hollande l’a officiellement convié aux célébrations du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie. "Le président Poutine a été invité par le président Hollande pour prendre part aux cérémonies de la commémoration du débarquement en Normandie pour le 6 juin. Il a accepté cette invitation, il viendra le 6 juin, il sera en Normandie", a déclaré l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, sur BFM-TV.

Le chef de l’État français a fait valoir le rôle de la Russie durant la Seconde Guerre mondiale. "On peut avoir des différends avec Vladimir Poutine mais moi je n’oublie pas et n’oublierai jamais que le peuple russe a donné des millions de vie" lors de la Seconde Guerre mondiale, a expliqué jeudi François Hollande sur France 2, en marge des commémorations du 8 Mai 1945 sur les Champs-Élysées, à Paris. "J’ai dit à Vladimir Poutine que, comme représentant du peuple russe, il est le bienvenu pour ces cérémonies", a-t-il souligné.

Plus tôt dans la matinée, c’est le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui avait estimé qu’il était "dans l’ordre des choses" que Vladimir Poutine participe à l’anniversaire du Débarquement. "Je ne vois pas pourquoi on interdirait au président du peuple russe, qui a laissé 9 millions des siens dans la bataille contre le nazisme", de participer à cette commémoration, a précisé le ministre sur RMC et BFM-TV.

Pas de tête-à-tête entre Obama et Poutine

De son côté, Barack Obama exclut de rencontrer son homologue russe en tête-à-tête lors des cérémonies. "Nous savons que la France a invité tous les pays qui ont pris part au conflit" pour le 70e anniversaire du Débarquement, a remarqué la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Caitlin Hayden,  "et nous ne nous attendions pas à ce que la France retire son invitation à la Russie pour cet événement historique commémorant la Seconde Guerre mondiale en raison de ce qu'il se passe en Ukraine".

Caitlin Hayden n'a toutefois pas exclu que les deux dirigeants se croisent. "Ils se trouveront aux mêmes événements, dont je ne peux pas dire qu'ils ne parleront pas en marge (de ceux-ci), comme c'est le cas dans tous les événements multilatéraux", a-t-elle souligné. Avant que la crise en Ukraine ne s'impose comme le principal contentieux dans les relations déjà difficiles entre Washington et Moscou, la Maison Blanche avait annulé un sommet bilatéral entre Barack Obama et Vladimir Poutine dans la capitale russe avant le G20 de Saint-Pétersbourg début septembre 2013.

"Ton constructif"

Outre-Rhin, le ton s'adoucit en revanche après les déclarations du 7 mai de Vladimir Poutine, qui a demandé aux pro-russes de l’est de l’Ukraine de reporter leur référendum du 11 juin. Le ministre des Affaires étrangères allemand a salué jeudi "le ton constructif qu’a affiché le président Poutine après sa rencontre avec le président de l’OSCE, Didier Burkhalter". Frank-Walter Steinmeier a également appelé à la mise en œuvre "immédiate de ce qui a été discuté à Moscou".

"Nous sommes peut-être à un moment décisif", a estimé le ministre allemand, "la situation est très critique mais il existe encore une chance que nous parvenions par des moyens diplomatiques à éviter une nouvelle escalade de la violence et la perte totale de contrôle dans l’est de l’Ukraine".

Après sa rencontre avec le président de l’OSCE, le président russe a demandé mercredi aux régions pro-russes de l’est de l’Ukraine de reporter le référendum de dimanche. En échange, il a enjoint "les autorités de Kiev d’arrêter immédiatement toutes les opérations militaires et punitives dans le Sud-Est". Mais malgré cet appel du président russe, les représentants des séparatistes de l’est de l’Ukraine se sont néanmoins prononcés à l’unanimité, jeudi 8 mai, pour le maintien du référendum d’autodétermination prévu dimanche, a annoncé Denis Pouchiline, chef de la "République populaire de Donetsk".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 08/05/2014

  • RUSSIE

    Ces politiques occidentaux qui soutiennent Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le référendum maintenu dans l'est de l'Ukraine contre l'avis de Poutine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Moscou affirme son retrait de la frontière ukrainienne, doutes de l'Otan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)