Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Wilbur Ross, l'homme qui va renégocier les traités

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nous sommes Deniz Yücel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Perturbateurs endocriniens: se laver tue ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

EUROPE

Ukraine : combats meurtriers à Marioupol, au moins 20 morts

© GENYA SAVILOV / AFP | Des séparatistes pro-russes font face aux forces de l'ordre à Marioupol, dans l'Est

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/05/2014

Au moins vingt séparatistes pro-russes et un policier ont été tués vendredi 9 mai dans l'assaut par les forces de l'ordre du siège de la police de Marioupol, ville portuaire du sud-est de l'Ukraine.

Vingt séparatistes pro-russes et un policier ont été tués dans des  affrontements qui se sont produits vendredi 9 mai à Marioupol, sur la mer d’Azov, dans le sud-est de l'Ukraine. Les rebelles tentaient de prendre le siège de la police qui a pris feu, selon le ministre ukrainien de l’intérieur, Arsen Avakov. Les précédents bilans faisaient état de trois à huit morts.
 
Cinq policiers ont également été blessés et quatre insurgés capturés, a indiqué le ministre sur sa page Facebook. Selon des informations qui restent à confirmer de l'envoyé spécial de FRANCE 24 en Ukraine, Julien Sauvaget, "les policiers auraient pris le parti de la population. Puis des échanges de tirs à l’intérieur du commissariat ont retenti". 
 
Selon Arsen Avakov, l'assaut "terroriste" s'est transformé en bataille rangée à l'intérieur de l'immeuble. Certains séparatistes ont pris la fuite et cherché refuge ailleurs dans la ville portuaire : "Une bonne partie des assaillants se sont volatilisés dans la ville en abandonnant leurs armes (...) Le bâtiment (de la police locale) est en flammes", souligne-t-il.
 
À Marioupol, la violence est montée d'un cran
 
Marioupol, une ville d’environ 500 000 habitants, se trouve à une centaine de kilomètres au sud de Donetsk, où la police régionale n’a pas souhaité faire de commentaire. Elle est le théâtre depuis plusieurs jours d’affrontements entre forces ukrainiennes et séparatistes.  Julien Sauvaget note le décalage entre les forces de sécurité ukrainiennes armées et la population civile désarmée qui a occupé la mairie. 
"L’armée mène depuis trois jours une opération dans Marioupol pour tenter de décourager la population de manifester et d’occuper certains bâtiments. Vendredi matin, elle a pris d’assaut la mairie, à nouveau occupée par des séparatistes non armés. Il n’y a pas d’hommes en armes ni avec des kalachnikovs, il s’agit d’une population civile ", a pu constater Julien Sauvaget, envoyé spécial de FRANCE24 à l’est de l’Ukraine. "Pourtant l'armée n'a pas hésité à tirer en l'air", poursuit-il.
 
Tetiana Ignatchenko, une journaliste qui travaille à Marioupol, a déclaré que les forces ukrainiennes avaient envoyé plusieurs véhicules blindés dans la ville. L'envoyé spécial de FRANCE 24 confirme que l'armée a fait venir des chars qui ont tiré sur le commissariat. "On parle de scène de guerre . Plusieurs bâriments sont en feu dans la ville. A Marioupol, un cran supplémentaire a été passé dans cette crise en Ukraine qui glisse vers la guerre civile", estime-t-il. 

 

Première publication : 09/05/2014

  • VIDÉO

    L'armée ukrainienne poursuit son "opération antiterroriste" à Marioupol

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Présidentielle ukrainienne : "Nous allons assister à la mort d’un État"

    En savoir plus

  • RUSSIE - UKRAINE

    En Crimée, Poutine appelle "au respect de ses intérêts légitimes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)