Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Premier jour de travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

© AFP - Silvio Berlusconi, vendredi matin

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/05/2014

Condamné à un an de prison ferme pour fraude fiscale, Silvio Berlusconi, ancien président du Conseil italien, a obtenu de pouvoir purger sa peine sous forme de travaux d'intérêt général. Il s'occupera de malades atteints d'Alzheimer.

C'est la rentrée pour Silvio Berlusconi ! L'ex-chef du gouvernement italien est arrivé, vendredi 9 mai au matin, dans le centre médicalisé de Cesano Boscone, près de Milan, où il doit accomplir des travaux d'intérêt général (TIG).

Tiré à quatre épingles en complet bleu, Silvio Berlusconi s'est fait déposer en voiture, à l'entrée de l'Institut Sacra Famiglia où il s'occupera de malades atteints d'Alzheimer. Il n'a pas dit un mot à la centaine de journalistes présents, tenus à distance derrière des barrières métalliques.

Des TIG plutôt que la prison

Condamné définitivement le 1er août 2013 à quatre ans de prison - dont trois amnistiés - pour fraude fiscale, Silvio Berlusconi a vu ramener sa peine à un an de détention sous forme de TIG, à la suite de la décision, mardi 15 avril, du tribunal d'application des peines de Milan (nord) dans un jugement publié par les médias.

En raison de son âge, 77 ans, et du fait qu'il ne s'agit pas d'un crime de sang, Silvio Berlusconi ne risquait pas la prison mais l'assignation à domicile, très contraignante. Elle aurait limité fortement ses déplacements, les réunions politiques auxquelles il aurait pu participer et l'aurait obligé à pointer régulièrement au commissariat de police.

Berlusconi fera la navette entre Milan et Rome

Même s'il reste inéligible en raison de sa condamnation et déchu de tout mandat public, celui qui reste président du parti Forza Italia (centre droit) tient beaucoup à participer activement à la campagne de cette formation - en perte de vitesse - pour les élections européennes du 25 mai.

L'ex-Cavaliere ne doit toutefois pas quitter la Lombardie (région de Milan) mais est autorisé à se rendre du mardi au jeudi à Rome, comme il l'avait demandé. "Il devra être de retour à son domicile à 23h00 [22h à Paris] le jeudi même", avait précisé dans sa décision, le président du tribunal, Pasquale Nobile de Santis.

Avec AFP

Première publication : 09/05/2014

  • ITALIE

    Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi interdit de mandat pendant deux ans

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le Sénat italien chasse Silvio Berlusconi de ses rangs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)