Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

Jean-Marie Bigard, chantre de la "grossièreté enfantine", fête 30 ans de scène

AFP

L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014

L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014

"C'est difficile de faire un spectacle sur le coude. C'est plus drôle de le faire dans le slip ou sous les bras!" Jean-Marie Bigard, qui s?apprête à fêter ses trente ans de carrière, affiche une trivialité assumée mais préfère revendiquer "une grossièreté enfantine".

"Mes détracteurs n'ont jamais vu un seul de mes spectacles. Ils me reprochent d'être le mec qui fait rire avec +bite, poil, couille+. Ma grossièreté, que je refuse d'appeler de la vulgarité, est très enfantine. Le public, lui, ne voit que mon coeur!", se défend l'humoriste dans un entretien à l'AFP.

Le 23 mai, sur la scène du Grand Rex et en simultané dans 150 cinémas, il tentera de battre son record de 52.000 spectateurs, établi en un seul soir, en 2004, au Stade de France.

Parmi les humoristes préférés des Français, Jean-Marie Bigard a fait de la trivialité son fond de commerce devant des salles pleines où il pulvérise les tabous et le politiquement correct, se gaussant de la critique et des élites qui le méprisent: "à poil, on est tous pareils, avec les mêmes angoisses et les mêmes soucis!".

"Tout ce que je fais me ressemble. Je ne joue pas un personnage, je ne suis pas un concept. Je suis moi", assure-t-il, à la veille de ses 60 ans.

"Mon père et mon grand père étaient très grivois. Ils m'ont transmis ça. Je me suis rendu compte qu'il n'y a pas 36 manières de briller ou d'être aimé: être le premier de la classe ou faire rire mes petits copains. Je suis devenu drôle en me cognant dans une porte et comme c'était la porte des +chiottes+, je suis devenu drôle et vulgaire", rigole-t-il.

En 1984, l'année de ses 30 ans, les débuts sont difficiles pour Bigard, tout juste débarqué à Paris sur le tard: le Point-Virgule, tremplin d'humoristes, lui donne sa chance mais les cachets sont maigres. Philippe Bouvard l'auditionne pour son petit théâtre mais ne le retient pas, reconnaissant toutefois son talent d'écriture. Deux ans plus tard, il décolle avec "La Classe" (F3).

- Slip kangourou -

Porté par son style grivois inédit et le succès de ses premiers spectacles, Jean-Marie Bigard squatte trois semaines l'Olympia en 1993, avant le Casino de Paris et le théâtre du Gymnase.

En 1999, il décide de "mettre le paquet" avec "Bigard bourre Bercy" en s'affichant en slip kangourou sur les murs de France. Cinq plus tard, il s'offre le Stade de France.

En 2004, Bigard se met les féministes à dos avec "Le lâcher de salopes". "Un sketch outrancier et magnifique! Toutes les femmes ont compris que c'est contre les hommes, en montrant la +pitoyabilité+ du chasseur quand on remplace le gibier par le beau sexe", justifie-t-il.

L'humoriste qui a surpris la critique en incarnant un très honorable "Bourgeois gentilhomme" au théâtre, en 2006, a créé plusieurs fois la controverse en dénonçant ce qu'il a appelé les "enculés de gauche" et les "enculés de droite", mais aussi en doutant un moment des attentats du 11 septembre. Dernièrement, il a affirmé que Michel Charasse déchirait les feuilles d'impôts des artistes : "oui, j'ai dit des conneries. J'ai présenté mes excuses...".

Bigard "regrette" tout autant s'être engagé pour Nicolas Sarkozy et assure qu'il ne le fera plus "pour personne", préférant aujourd'hui militer pour le reconnaissance du vote blanc. Fin 2007, il est dans la délégation présidentielle en visite au Vatican : "J'ai kiffé. C'était un beau moment, une occasion unique. En me présentant, Sarkozy a dit au pape que j'étais un humoriste qui fait rire les gens très... franchement!"

"A 60 ans, je suis arrivé à la fin du deuxième tiers. J'ai deux bébés: pas question que je les lâche avant leur majorité", dit-il avant de confier: "Je jouerai jusqu'à la fin de mes jours, même s'il faut que j'y aille en petite chaise!"

Première publication : 09/05/2014