Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

Jean-Marie Bigard, chantre de la "grossièreté enfantine", fête 30 ans de scène

AFP

L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014

L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014L'humoriste Jean-Marie Bigard à son domicile à Paris le 6 mai 2014

"C'est difficile de faire un spectacle sur le coude. C'est plus drôle de le faire dans le slip ou sous les bras!" Jean-Marie Bigard, qui s?apprête à fêter ses trente ans de carrière, affiche une trivialité assumée mais préfère revendiquer "une grossièreté enfantine".

"Mes détracteurs n'ont jamais vu un seul de mes spectacles. Ils me reprochent d'être le mec qui fait rire avec +bite, poil, couille+. Ma grossièreté, que je refuse d'appeler de la vulgarité, est très enfantine. Le public, lui, ne voit que mon coeur!", se défend l'humoriste dans un entretien à l'AFP.

Le 23 mai, sur la scène du Grand Rex et en simultané dans 150 cinémas, il tentera de battre son record de 52.000 spectateurs, établi en un seul soir, en 2004, au Stade de France.

Parmi les humoristes préférés des Français, Jean-Marie Bigard a fait de la trivialité son fond de commerce devant des salles pleines où il pulvérise les tabous et le politiquement correct, se gaussant de la critique et des élites qui le méprisent: "à poil, on est tous pareils, avec les mêmes angoisses et les mêmes soucis!".

"Tout ce que je fais me ressemble. Je ne joue pas un personnage, je ne suis pas un concept. Je suis moi", assure-t-il, à la veille de ses 60 ans.

"Mon père et mon grand père étaient très grivois. Ils m'ont transmis ça. Je me suis rendu compte qu'il n'y a pas 36 manières de briller ou d'être aimé: être le premier de la classe ou faire rire mes petits copains. Je suis devenu drôle en me cognant dans une porte et comme c'était la porte des +chiottes+, je suis devenu drôle et vulgaire", rigole-t-il.

En 1984, l'année de ses 30 ans, les débuts sont difficiles pour Bigard, tout juste débarqué à Paris sur le tard: le Point-Virgule, tremplin d'humoristes, lui donne sa chance mais les cachets sont maigres. Philippe Bouvard l'auditionne pour son petit théâtre mais ne le retient pas, reconnaissant toutefois son talent d'écriture. Deux ans plus tard, il décolle avec "La Classe" (F3).

- Slip kangourou -

Porté par son style grivois inédit et le succès de ses premiers spectacles, Jean-Marie Bigard squatte trois semaines l'Olympia en 1993, avant le Casino de Paris et le théâtre du Gymnase.

En 1999, il décide de "mettre le paquet" avec "Bigard bourre Bercy" en s'affichant en slip kangourou sur les murs de France. Cinq plus tard, il s'offre le Stade de France.

En 2004, Bigard se met les féministes à dos avec "Le lâcher de salopes". "Un sketch outrancier et magnifique! Toutes les femmes ont compris que c'est contre les hommes, en montrant la +pitoyabilité+ du chasseur quand on remplace le gibier par le beau sexe", justifie-t-il.

L'humoriste qui a surpris la critique en incarnant un très honorable "Bourgeois gentilhomme" au théâtre, en 2006, a créé plusieurs fois la controverse en dénonçant ce qu'il a appelé les "enculés de gauche" et les "enculés de droite", mais aussi en doutant un moment des attentats du 11 septembre. Dernièrement, il a affirmé que Michel Charasse déchirait les feuilles d'impôts des artistes : "oui, j'ai dit des conneries. J'ai présenté mes excuses...".

Bigard "regrette" tout autant s'être engagé pour Nicolas Sarkozy et assure qu'il ne le fera plus "pour personne", préférant aujourd'hui militer pour le reconnaissance du vote blanc. Fin 2007, il est dans la délégation présidentielle en visite au Vatican : "J'ai kiffé. C'était un beau moment, une occasion unique. En me présentant, Sarkozy a dit au pape que j'étais un humoriste qui fait rire les gens très... franchement!"

"A 60 ans, je suis arrivé à la fin du deuxième tiers. J'ai deux bébés: pas question que je les lâche avant leur majorité", dit-il avant de confier: "Je jouerai jusqu'à la fin de mes jours, même s'il faut que j'y aille en petite chaise!"

Première publication : 09/05/2014