Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Economie

Snapchat accusée de tromper ses utilisateurs

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/05/2014

Basée sur un système d’autodestruction des photos et vidéos que s’envoient ses utilisateurs, l’application Snapchat est accusée par la Federal Trade Commission de conserver les données des smartphones et de regorger de failles de sécurité.

À l’heure où tous les sites internet - réseaux sociaux en tête - peinent à convaincre leurs utilisateurs que leurs données personnelles sont entre de bonnes mains, Snapchat - avec son service de photos, vidéos et messages éphémères - faisait figure de rebelle. Les jeunes fondateurs américains de cette application pour smartphone prisée par les adolescents du monde entier se sont même payés le luxe de décliner une offre de rachat à trois milliards de dollars par Facebook. Non, Snapchat ne mange pas de ce pain-là, Snapchat est différent, Snapchat respecte votre vie privée.

C’est en tout cas l’argument marketing que brandissait fièrement ses dirigeants. Mais il semblerait finalement que Snapchat n’échappe pas au couperet de Big Brother. La start-up qui revendique 4,6 millions d'utilisateurs s’est fait épingler, jeudi 8 mai, par la Commision régulatrice du commerce américaine, la FTC. Celle-ci affirme que leur politique de confidentialité n’est en fait pas aussi étanche que promis. Ainsi, les photos, vidéos et messages envoyés via l'appli et censés s'effacer automatiquement quelques secondes après avoir été consultés, restent en mémoire sur les téléphones mobiles.

Snapchat reconnaît des faiblesses

La FTC précise que les vidéos envoyées via l'appli demeurent accessibles à l'aide d'un ordinateur connecté au smartphone, que les photos peuvent être sauvegardées en réalisant une capture d’écran sans que l'envoyeur en soit notifié et que les numéros de téléphone sont collectés par l'appli sans que l'utilisateur n’en soit informé. Pire encore, Snapchat serait en proie à de nombreuses failles de sécurité permettant aux pirates informatiques de récolter assez aisément les noms, numéros de téléphones et autres données de géolocalisation des utilisateurs.

Snapchat, pour sa part, a promis de redoubler d’efforts en la matière et a publié un mea culpa via un bref communiqué. “Alors que nous étions concentrés à nous construire, certaines choses n’ont pas reçu l’attention qu’elles auraient mérité. Parmi celles-ci, il aurait fallu être plus précis sur la façon dont nous avons communiqué avec la communauté Snapchat. Même avant le consentement du décret [de la FTC] qui a été annoncé aujourd’hui, nous avions résolu la plupart de ces préoccupations au cours de la dernière année par l’amélioration de la formulation de notre politique de confidentialité”, peut-on lire.

Il y a quelques mois, des hackers s’étaient introduits dans les serveurs de Snapchat et avaient publié une base de donnée contenant le nom, le pseudo et le numéro de téléphone de tous les utilisateurs de l’appli. Ils avaient ainsi voulu démontrer les failles de sécurité de l'application, des failles dont la direction avait eu vent depuis des mois déjà.

Le boom des appli “off the record”

Avec toute cette mauvaise publicité et ces faux pas, la FTC accuse directement Snapchat de tromper ces utilisateurs. Le risque est que les adolescents et jeunes geeks, prompts à se lasser des outils technologiques, perdent confiance en Snapchat et s'en détourne.

D’autant que depuis plusieurs mois, les concurrents de Snapchat fleurissent sur la Toile. Secret, Wickr, Telegram, Whisper : ces applications “off the record” surfent, elles aussi, sur la vague du scandale Prism et proposent à leurs utilisateurs d'échapper aux radars de la NSA et autres agences de surveillance.

Première publication : 09/05/2014

  • INTERNET

    Snapchat, l'application qui valait plus de trois milliards de dollars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)