Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

Afrique

Soudan du Sud : un engagement à cesser les hostilités

© AFP | Riek Machar (à gauche) et Salva Kiir

Vidéo par Nabia MAKHLOUFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/05/2014

Le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar, dont les troupes s'affrontent depuis mi-décembre, ont signé vendredi un accord de cessez-le-feu. Ils se sont entendus sur la nécessité de former un gouvernement de transition.

À l’issue de leur première rencontre depuis le début du conflit civil en décembre dernier, le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar ont fait un pas vers la paix. Les deux hommes, dont les troupes respectives s’affrontent au Soudan du Sud, ont signé un engagement vendredi à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, à "cesser les hostilités" et à organiser de futures élections.

"Maintenant que nous avons repris nos esprits, le dialogue est la seule solution à nos problèmes", a insisté le président Salva Kiir lors de la signature de cet accord. "Nous allons continuer à avancer dans la bonne direction".

La trêve doit ainsi prendre effet dans les 24 heures. Les deux camps se sont engagés à retirer leurs troupes respectives et à éviter les actes de provocation, selon le principal médiateur de l’autorité intergouvernementale pour le développement en Afrique de l’Est (Igad), Seyoum Mesfin. Un premier cessez-le-feu avait été négocié le 23 janvier, mais il n’avait jamais été respecté.

L’accord prévoit également "l’ouverture de couloirs humanitaires (…) et la coopération avec les agences humanitaires et de l’ONU afin de faire en sorte que l’aide humanitaire atteigne toutes les zones du Soudan du Sud".

Le secrétaire d’État américain John Kerry a salué l'aboutissement de ces pourparlers. "L’accord d’aujourd’hui à cesser immédiatement les hostilités au Soudan du Sud et à négocier (la mise en place d’un) gouvernement de transition pourrait constituer une avancée majeure pour l’avenir", a-t-il souligné dans un communiqué. Il appelle également "les deux parties à prendre immédiatement les mesures nécessaires pour s’assurer que cet accord soit entièrement appliqué et que les groupes armés des deux côtés adhèrent à ses termes".

D'un conflit à l'autre

En devenant indépendant en juillet 2011, le Soudan du Sud espérait pourtant tourner la page de l'une des guerres les plus meurtrières d'Afrique, qui a opposé, de 1983 à 2005, Khartoum à une rébellion sudiste, désormais au pouvoir à Juba. Mais le nouveau conflit, qui a éclaté entre les troupes fidèles à Salva Kiir et les mutins rangés derrière Riek Machar, ancien vice-président, a fait des dizaines de milliers de morts. Plus de 1,2 million de Sud-Soudanais ont été chassés de chez eux.

À la rivalité politique entre Kiir et Machar se greffent des tensions entre les peuples Dinka et Nuer, dont ils sont respectivement issus, et les combats s'accompagnent de massacres contre les civils. La Mission locale des Nations unies (Minuss) a fait état d'indices sérieux de "crimes contre l'humanité" commis par les deux camps. La Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Navi Pillay, a signalé de "nombreux signes précurseurs de génocide".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 10/05/2014

  • DIPLOMATIE

    Conflit du Soudan du Sud : Salva Kiir et Riek Machar trouvent un accord

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Le président sud-soudanais et le chef rebelle renouent le dialogue en Éthiopie

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Soudan du Sud : l'armée a repris la ville pétrolifère de Bentiu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)