Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 12/05/2014

"Dépeçage"

© France 24

Presse française, Lundi 12 mai 2014. Au menu de cette revue de presse, le référendum des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine, le début de la campagne pour les européennes, et une promesse de Manuel Valls.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, le référendum organisé hier par les séparatistes dans l’est de l’Ukraine.
 
C’est un vote jugé «illégal» par Kiev et les puissances occidentales, mais qui pourrait déboucher sur une nouvelle partition du pays, après la sécession de la Crimée: le Figaro parle du risque d’une «dislocation» de l’Ukraine - le journal estime que l’Ukraine a franchi hier «un point de non-retour» et évoque le risque de voir d’autres régions d’Ukraine orientale, voire la Transnistrie moldave (à l’est de la Moldavie), «suivre l’exemple du Donbass».
 
Libération dénonce des référendums «bidons», des «mascarades destinées à donner un vernis «démocratique» à une mainmise organisée et ordonnée par les hommes de Vladimir Poutine». Libé l’accuse d’être toujours «à la manœuvre», et regrette que «les dirigeants européens se contentent de sanctions limitées et continuent d’avaler ces grossières manœuvres menées dans un pays qui aura eu le tort de croire aux promesses et aux idéaux de l’Union européenne».
 
Vladimir Poutine a dénoncé il y a quelques semaines la présence de mercenaires américains aux côtés de troupes gouvernementales ukrainiennes. Selon le journal Bild am Sonntag, repris par le site du Monde, ces accusations seraient fondées. D’après des écoutes réalisées par la NSA de communications entre des centres de commandement de l’armée russe, environ quatre cents mercenaires travaillant pour l’entreprise américaine Academi, ex-Blackwater, opèreraient en Ukraine aux côtés de soldats et de la police ukrainiens dans des opérations contre les séparatistes prorusses. On ignore toutefois qui exactement a passé le contrat.
 
Le site du Monde rapporte aussi que la France n’aurait aucune intention de suspendre la livraison de deux navires de guerre de type Mistral à la Russie. Ce contrat à 1,2 milliards d’euros ne ferait pas partie du paquet d’éventuelles sanctions économiques de l’Union européenne contre Moscou.
 
L’Europe, elle, doit élire ses nouveaux députés dans 15 jours. La campagne officielle débute aujourd’hui «dans un climat désenchanté», d’après l’Opinion, qui regrette qu’aucun parti n’indique l’enjeu de ce vote: «un sursaut fédéral ou un repli national».
 
Pour voir plus clair dans ce débat, l’Humanité propose de nous dire comment ont voté jusqu’à présent les députés européens français sur un certain nombre de questions stratégiques, comme le grand accord de libre-échange transatlantique.
 
Ces européennes, les sondages les annoncent comme une défaite sévère pour la majorité. Pour éviter la défaite annoncée, voire une arrivée en tête du Front national, comme certains de ces mêmes sondages le prédisent, l’Elysée et Matignon auraient décidé de mouiller la chemise, d’après le site du Figaro, qui rappelle cette déclaration, hier, de Manuel Valls: le scrutin qui va avoir lieu dans 15 jours est un scrutin «décisif, majeur pour l’avenir de la France et de l’Europe». Le Premier ministre a également dit que l’impôt sur le revenu pourrait diminuer à partir de 2015.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus