Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Manifestation à Bastia: ouverture d'une enquête préliminaire pour dégradations

AFP

Violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Bastia le 10 mai 2014, en marge d'un défilé en faveur de mesures votées dernièrement par l'assemblée de CorseViolents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Bastia le 10 mai 2014, en marge d'un défilé en faveur de mesures votées dernièrement par l'assemblée de Corse

Violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Bastia le 10 mai 2014, en marge d'un défilé en faveur de mesures votées dernièrement par l'assemblée de CorseViolents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Bastia le 10 mai 2014, en marge d'un défilé en faveur de mesures votées dernièrement par l'assemblée de Corse

Le parquet de Bastia a ouvert lundi une enquête préliminaire pour dégradations après les violents affrontements qui ont opposé samedi à Bastia des manifestants aux forces de l'ordre, en marge d'un défilé en faveur de mesures votées dernièrement par l'assemblée de Corse, a-t-on appris de source judiciaire.

Samedi en fin de manifestation, une cinquantaine de jeunes cagoulés, disséminés en petits groupes au niveau du rond-point de la préfecture au centre-ville, avaient lancé des pierres, des cocktails Molotov et des bombes agricoles contre les forces de l'ordre qui avaient alors répliqué.

De source proche du dossier, un millier de grenades lacrymogènes ont été employées par les forces de polices, précisant qu'environ un quart des effectifs engagés ont dû ensuite consulter souffrant notamment de problèmes respiratoires et de blessures légères.

Selon la même source, des patrouilles avaient découvert samedi dans la matinée dans le quartier de la gare des cocktails Molotov et des projectiles dissimulés dans des caches.

Lundi, de nombreuses dégradations étaient encore visibles dans le centre de Bastia notamment des conteneurs à ordure brûlés et des façades d'établissements commerciaux. Des banques ont aussi été endommagées.

La manifestation, rassemblant plusieurs milliers de personnes, dont des représentants politiques, associatifs, étudiants, syndicats qui répondaient à l'appel du collectif "Simu di stu paese" et des partis nationalistes insulaires, avait commencé sans incident.

L'objectif affiché par les manifestants était d'inciter l'État à prendre en compte plusieurs mesures votées par l'assemblée de Corse, telles que le statut instaurant une période de cinq ans de résidence avant de pouvoir accéder à la propriété - afin de lutter contre la spéculation -, la coofficialité de la langue corse, une réforme institutionnelle, et une inscription de la Corse au sein de la Constitution française.

Ces mesures, votées par les élus insulaires et qualifiées d'historiques, sont jugées essentielles pour permettre un meilleur développement de l'île. Cependant, leur adoption nécessiterait un vote de l'Assemblée nationale et du Sénat et une modification de la Constitution française.

En janvier, une autre manifestation en faveur du statut de résident s'était déroulée à Corte (Haute-Corse), et avait également donné lieu à des incidents.

Première publication : 12/05/2014