Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Ukraine : le référendum dans l'Est, "une farce criminelle" pour Kiev

© AFP - Un dépouillement à Donetsk

Vidéo par Marc PAUPE , Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/05/2014

Après le référendum organisé dimanche dans la région de Donetsk, en Ukraine, Les séparatistes pro-russes ont revendiqué un oui massif à l'autonomie de cette région. Un vote que les autorités de Kiev qualifient de "juridiquement nul".

À l’issue d’une journée de vote dans l’est de l’Ukraine, les organisateurs du référendum séparatiste ont annoncé, dimanche dans la soirée, que près de 90 % des électeurs de la région de Donetsk s’étaient prononcés en faveur de l'indépendance.
"89,07 % ont voté pour et 10,19 % contre. Cela peut être considéré comme le résultat définitif", a déclaré Roman Liaguine, chef de la commission électorale mise en place par les rebelles. Le taux de participation aurait atteint 74,87 %, selon la même source. "Il a été très facile de compter les bulletins car le nombre de gens qui ont voté contre a été extrêmement faible", a-t-il souligné.

Les insurgés armés pro-russes avaient convoqué, dimanche 11 mai, la population du bassin du Donbass (7,3 millions de personnes), dont ils contrôlent les principales villes, pour valider leur projet d'"indépendance" des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

Selon notre envoyé spécial à Donetsk, Gulliver Cragg, les premiers résultats annoncés sont vraisemblables : "Ce chiffre est probablement crédible puisque ceux qui étaient contre le référendum estimait qu’il était illégal. (…) Ceux qui étaient contre n’ont pas voté. Ceux qui ont voté ont massivement voté oui".

En revanche, le taux de participation à 75 % paraît plus suspect. "Il n’y avait pas assez de bureaux de vote pour qu’autant de personnes puissent voter. Dans la ville de Marioupol de 400 000 habitants, il n’y avait que quatre bureaux de vote", explique Gulliver Cragg sur l’antenne de FRANCE 24.

Quelques violences

Le scrutin, qui s'est globalement déroulé dans le calme, a été émaillé de violences à Krasnoarmiïsk, une ville de 65 000 habitants située à l'ouest de Donetsk, où des hommes armés, vraisemblablement des milices pro-ukrainiennes, ont fait irruption dans les bâtiments officiels où se déroulait le référendum et l'ont interrompu. Un photographe travaillant pour l’AFP affirme qu’ils ont tiré sur la foule qui les invectivait et que deux personnes ont été vues gisant sur le sol.

En Russie, un scrutin a également été organisé pour les Ukrainiens. "Il y a près de trois millions d’Ukrainiens qui vivent et travaillent en Russie. À Moscou plusieurs milliers de personnes ont fait le déplacement. (…) Beaucoup scandaient des slogans pro-russes et montraient des passeports ukrainiens. C’était en somme la seule condition pour participer au vote et avoir la preuve de leur domiciliation dans l’une des deux régions séparatistes. Il n’y avait pas de liste électorale en tant que tel", rapporte notre correspondante Ksenia Bolchakova.

Ce vote ne sera toutefois pas pris en compte : "Il a été organisé par un groupe d’Ukrainiens originaires de Donetsk. Ils ont déclaré qu’ils avaient conscience que ce vote pouvait poser un gros problème de légitimité. Ce vote est donc symbolique. Il ne sera pas pris en compte dans le décompte total des voix pour ne pas compromettre la légitimité du scrutin qui s’est déroulé en Ukraine".

"Farce criminelle"

En Ukraine, les premiers résultats, qui ne concernent que la région de Donetsk, l'une des deux (avec celle de Lougansk) concernées par le vote, sont intervenus moins d'une heure après la clôture des bureaux de vote.

À Kiev, le ministère des Affaires étrangères a fait savoir, avant même les résultats, que "le référendum [...] est juridiquement nul et n'aura aucune conséquence juridique pour l'intégrité territoriale de l'Ukraine". Cette consultation n'est qu'une "farce criminelle" financée par la Russie, a-t-il estimé. Les Occidentaux ont abondé dans le même sens.
Les autorités ukrainiennes sont déterminées à mener à bien le scrutin présidentiel anticipé prévu le 25 mai prochain, mais accusent la Russie de vouloir le faire capoter.

La Russie "respecte le réferendum"

Moscou, pour sa part, a déclaré qu’il respectait "l'expression de la volonté des populations des régions de Donetsk et Lougansk" dans un communiqué du Kremlin. Le Kremlin a ajouté compter désormais sur un "dialogue" entre les régions séparatistes et Kiev. En réponse, le président en exercice de l'OSCE, Didier Burkhalter, a fait remarquer que la Russie n'avait ainsi pas formellement reconnu les résultats du référendum organisé dans l'est de l'Ukraine. "Vous avez vu la réponse de la Russie ce matin: elle a exprimé le respect mais pas la reconnaissance du référendum. Il ne s'agit donc pas d'une reconnaissance des résultats, ce qui est important", a déclaré M. Burkhalter à l'issue d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles.

© FRANCE 24

Avec AFP

Première publication : 12/05/2014

  • RÉFÉRENDUM

    Ukraine : les pro-russes revendiquent un "oui" massif à l'indépendance à Donetsk

    En savoir plus

  • RÉFÉRENDUM

    Ukraine : le référendum va "aggraver la situation"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'est de l'Ukraine vote pour son "indépendance"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)