Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Culture

Grande Guerre : "L'image du Breton était celle du plouc arriéré"

© http://enenvor.fr | L'affiche du colloque

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 14/05/2014

Cent ans après la Grande Guerre, des mythes persistent autour des soldats bretons. Certains évoquent encore le "sacrifice" de cette région. Pour contrer ces idées reçues, un colloque est organisé mi-mai à ce sujet.

Dans la galerie supérieure de la Cour d'honneur des Invalides, une plaque commémorative apposée en 1935 rend hommage aux anciens combattants bretons de la Première Guerre mondiale et à leurs "240 000 morts". À Saint-Anne-d’Auray, un haut lieu de pèlerinage du Morbihan, ce même chiffre est visible près du monument de la Grande Guerre : "Construit de 1922 à 1932 par les catholiques des cinq diocèses de Bretagne pour garder le souvenir des 240 000 Bretons, soldats, marins, aviateurs et civils, victimes de la Grande Guerre 1914-1918".

Plaque commémorative des anciens combattants bretons, à leurs 240 000 morts. © Yann Caradec via Flickr CC

Dans la mémoire collective de cette région de l’ouest de France, ce sanglant décompte est resté comme une marque indélébile, symbole du "sacrifice" le plus important infligé à une région française. Pour preuve, un article paru le 3 mai dernier sur le site du journal "Ouest-France" reprenait encore ce chiffre comme une vérité, avant d’être corrigé quelques heures plus tard.

Depuis la fin du conflit, ce bilan n’a jamais cessé d’attiser les polémiques. Mais de récentes études ont permis de confirmer que ce chiffre a bien été exagéré. Yann Lagadec, maître de conférences en histoire à l’Université Rennes 2, s’est notamment penché sur cette question et estime que le total se situe plutôt aux alentours de 130 000 morts. "Avec la nouvelle version de la base Mémoire des hommes (qui recense les soldats morts pour la France, NDLR), on peut interroger directement à l’échelle départementale. Il est très facile d’avoir les chiffres et les choses sont très claires", explique-t-il à FRANCE 24. De ces travaux effectués aussi bien par des chercheurs que des historiens amateurs, il ressort que la Bretagne "fait bien partie des régions les plus touchées en France, mais tout comme d'autres zones très rurales". C’est en fait la Lozère qui, comparativement à son nombre d’habitants, a payé le plus lourd tribut (5,31 % de la population du recensement de 1911) devant la Mayenne (4,55 %) et la Vendée (4,53 %). Le premier département breton, les Côtes-du-Nord (aujourd'hui Côtes-d'Armor), figure, lui, en quatrième position (4,52%).

La répartition des morts pour la France selon le recencement de 1911 effectuée par le forum "pages14-18".

Une récupération politique du "sacrifice breton"

Pour tenter notamment de mettre à mal cette vision fantasmée du sacrifice breton, cet historien a organisé, les 14 et 15 mai, un colloque international consacré aux Bretons dans la Grande Guerre, à l’École militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et à Rennes. Aux côtés d’autres spécialistes de cette période, ils aborderont la question de cette "saignée". Selon Yann Lagadec, ce chiffre a été monté en épingle dans un but très politique. "Cette idée s’est développée dans l’entre-deux-guerres, parallèlement au mouvement régionaliste. […] Mais c’est utilisé de tous les bords, également par les républicains pour montrer que les Bretons se sont comportés comme les autres Français et aussi par la droite catholique qui présente les choses sous l'angle du martyr au sens religieux du terme. Le terme d’Holocauste est utilisé régulièrement", indique le maître de conférences.

Affiche publiée en 2010 par Adsav le parti du peuple breton (PPB), un parti indépendantiste breton © http://blog.adsav.org/

Bécassine mobilisée de Caumery et Pinchon. Gautier-Laguereau , 1918. © http://crdp.ac-amiens.fr

L’autre sujet sensible concerne l’idée selon laquelle les Bretons ont été délibérément placés en première ligne lors de la Grande Guerre et considérés comme de la "chair à canon". De génération en génération, les paroles attribuées au général Nivelle après l’offensive sur le Chemin des Dames, en avril 1917, se sont transmises : "Ce que j’en ai consommé de Bretons !". Pour l’historien Yann Lagadec, il s’agit encore une fois d’une vision erronée.  "Ce sont des choses aberrantes et déconnectées des réalités militaires du temps", affirme-t-il. "En 1914, par exemple, au moment où les pertes sont les plus importantes, les deux corps d’armée bretons sont envoyés face à la Belgique dans un secteur qui est censé être plus calme que la Lorraine, où devait avoir lieu l’offensive majeure des Français et où on attendait celle des Allemands. (…) Par la suite, les modes de recrutements vont évoluer et les logiques territoriales vont disparaître. Les Bretons ne seront plus principalement envoyés dans des régiments de leur région militaire, mais là où on aura besoin d’eux".

De plouc à soldat valeureux

Au cours de la conférence intitulée "Les poilus bretons et le pinard : mythes et réalités", le colloque s'intéressera aussi à cette mauvaise image qui colle aux soldats de cette région. Au début de la guerre, le Breton est perçu comme un grand consommateur d’alcool. "Je suis tombé par hasard sur de grands panneaux muraux. Delagrave, qui était l’un des grands éditeurs scolaires de la période d’avant-guerre, représentait l’alcoolique comme un Breton en sabots", décrit Yann Lagadec. "L’image du Breton était effectivement celle du plouc arriéré".

Une de "L'Illustration" du 3 juillet 1915 © photo collection Mucem

Mais la guerre permettra finalement à cette population de gagner en respect. Dans les tranchées, on affirme que les Bretons se montrent durs au combat et font preuve de ténacité. Ce courage est repris dans la bande dessinée "Bécassine". Ce personnage, détesté par les Bretons car jugé particulièrement moqueur, passe du rôle de la bonne godiche montée à Paris à celui de la valeureuse patriote. "L’album "Bécassine mobilisée" donne une vision plus positive de Bécassine qui participe à l’effort de guerre, qui réussit à capturer un certain nombre d’Allemands", constate l’historien. "Si on prend aussi la revue "l’Illustration", le grand hebdomadaire de l’époque. La seule une qui fasse référence à une région française est celle qui représente un couple de sonneurs de biniou et de bombarde [des instruments de musique bretons, NDLR] du régiment d'infanterie territoriale de Guingamp. Ce n’est plus du folklore archaïque mais du folklore symbole d’une identité locale intégrée dans la nation. Les Bretons n'ont pas changé, mais ce qui était perçu de manière négative est maintenant positif."

En consacrant ce colloque aux soldats bretons, les organisateurs ne cherchent pas à opposer ces poilus à ceux d’autres régions françaises. Pour Yann Lagadec, ils affirment au contraire "remettre les choses à plat" : "La dimension régionale mérite d’être étudiée et replacée dans un cadre plus général. La façon dont les Bretons ont vécu la Grande Guerre, que ce soit au front ou à l’arrière, est comparable à 97 % à celle vécues par les autres combattants et populations des autres régions".  Un colloque consacré à la Normandie dans la Grande Guerre est également prévu les 16 et 17 mai à Rouen.

Programme:

14 mai 2014 - Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Guer
15 mai 2014 -  Archives départementales, Rennes, Auditorium
15 mai 2014 - Les Champs libres, Rennes, Salle Hubert Curien
 

Première publication : 13/05/2014

  • AUSTRALIE

    Grande Guerre : "J'ai passé dix ans à la recherche de mon grand-oncle"

    En savoir plus

  • CENTENAIRE

    Jean-Corentin Carré, enfant soldat et héros de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • BANDE-DESSINÉE

    Grande Guerre : Joe Sacco retrace l'enfer de la Somme en BD

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)