Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

A Washington, Fabius défend la vente de navires de guerre à Moscou

AFP

Laurent Fabius à Washington, le 13 mai 2014Laurent Fabius à Washington, le 13 mai 2014

Laurent Fabius à Washington, le 13 mai 2014Laurent Fabius à Washington, le 13 mai 2014

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a défendu mardi à Washington la vente de deux navires de guerre à la Russie, malgré l'hostilité des Etats-Unis, tout en laissant la porte ouverte à un réexamen de ce contrat en octobre.

Le dossier de ces deux bateaux militaires de type Mistral, commandés par Moscou à Paris en 2011 pour 1,2 milliard d'euros et devant être livrés en octobre 2014 et en 2015, a provoqué des tensions entre la France et les Etats-Unis.

"La France n'a de leçons de fermeté à recevoir absolument de personne (...) La France fait son devoir qu'il s'agisse de l'Ukraine ou qu'il s'agisse d'ailleurs", a déclaré Laurent Fabius.

"La règle dans le domaine des contrats, c'est que les contrats qui ont été passés sont honorés", a justifié M. Fabius lors d'une conférence de presse à Washington où il était en visite lundi et mardi. "Juridiquement, nous n'avons pas la possibilité de ne pas les honorer", a-t-il ajouté, précisant que "plus de la moitié" du 1,2 milliard d'euros avait été versée par le client russe.

Les Etats-Unis ont ces derniers jours protesté contre l'exécution de cette vente, invoquant la responsabilité de la Russie dans les troubles en Ukraine.

Le département d'Etat a exprimé ses "inquiétudes" et le dossier a été abordé par M. Fabius et son homologue américain John Kerry lors de leur entretien mardi. Le ministre français a répondu brièvement que l'Américain ne lui avait pas demandé formellement de renoncer à ce contrat militaire et il a répété que "la décision finale devra être prise en octobre".

"C'est à ce moment-là que nous verrons quel sera le +background+ (contexte, Ndlr) juridique de cette décision", a fait valoir le chef de la diplomatie française.

Il a de nouveau fait allusion à une éventuelle suspension de cette vente dans le cadre d'hypothétiques nouvelles sanctions internationales contre la Russie pour ses agissements en Ukraine, notamment au cours des élections du 25 mai.

"Si par obstruction les élections étaient impossibles, à ce moment-là nous devrions examiner un échelon supplémentaire (de sanctions) qui pourrait évidemment concerner toute une série de sujets, le sujet de l'énergie, le sujet de la finance, voire le sujet de la défense", a expliqué M. Fabius.

Les Mistral sont des bâtiments de projection et de commandement (BPC), des navires de guerre polyvalents pouvant transporter des hélicoptères et des chars.

Le président François Hollande avait dit samedi que ce contrat n'était "pour l'instant pas remis en cause".

Première publication : 14/05/2014